Grève : Air France prévoit d'assurer 80% des vols jeudi

  • A
  • A
Grève : Air France prévoit d'assurer 80% des vols jeudi
@ PASCAL PAVANI / AFP
Partagez sur :

TRAFIC - Impactée par une grève de ses hôtesses et stewards, la compagnie aérienne a publié ses prévisions de trafic pour jeudi.

Perturbé par une grève de ses hôtesses et stewards, Air France verra son trafic perturbé une nouvelle fois jeudi. La compagnie aérienne a publié mercredi ses prévisions de vol et précise pouvoir assurer 80% des vols, un chiffre en baisse par rapport à mercredi.

Les prévisions de trafic. Si Air France maintient 80% de ses vols jeudi, cette moyenne cache d'importantes disparités. Pierre-Olivier Bandet, directeur général adjoint de la compagnie, a promis : 
- 94% des vols long-courriers
- 70% des moyen-courriers
- 80% des vols domestiques

Au-delà de la seule journée de jeudi, la compagnie aérienne espère pouvoir assurer autour de 90% des long-courriers et 70% des moyen-courriers tout au long du mouvement, a-t-il précisé. "Nous n'avons pas l'information comme quoi cela changerait de façon significative ni dans un sens ni dans l'autre, mais c'est à prendre avec beaucoup de précaution", a ajouté Pierre-Olivier Bandet.

Les raisons de la grève. Cinq syndicats de PNC (personnel navigant commercial, ndlr) appellent à la grève du 27 juillet au 2 août : le SNPNC-FO et l'Unsa-PNC, qui revendiquent ensemble 45% des voix du personnel, et les organisations non représentatives SNGAF, CFTC et Sud. Ils protestent contre le renouvellement pour 17 mois de l'accord d'entreprise fixant notamment les règles de travail, de rémunération et de déroulé de carrière des PNC, jugeant "insuffisante" cette durée. Ils réclament entre 3 et 5 ans, voire un accord à durée indéterminée.

En face, la direction refuse de s'engager sur une telle durée et souhaite garder des marges de manoeuvre au cas où sa situation financière se détériorerait à nouveau. Le président d'Air France, Frédéric Gagey, s'est justifié dimanche dans Le Parisien par le besoin de "garder une certaine souplesse" dans le domaine ultra concurrentiel de l'aérien "soumis à des aléas, notamment économiques". L'entreprise a en effet renoué avec les bénéfices en 2015 seulement, après six années de pertes.

La grève coûtera "quelques dizaines de millions d'euros", probablement plus que les 40 millions de celle des pilotes en juin, a précisé le directeur financier d'Air France-KLM Pierre-François Riolacci lors de la conférence de presse des résultats semestriels du groupe franco-néerlandais.