Air France : les pilotes maintiennent la grève "pour le moment"

  • A
  • A
Air France : les pilotes maintiennent la grève "pour le moment"
@ REUTERS
Partagez sur :

CONFLIT SOCIAL - Le premier syndicat de pilote a prévenu jeudi : la grève est maintenue "pour le moment". Les négociations étaient suspendues jeudi soir.

De retour à la table des négociations depuis l'abandon par la direction du projet Transavia Europe, les syndicats de pilotes de ligne d'Air France ne relâchent pas la pression : la grève est maintenue "pour le moment", a annoncé le premier syndicat, le SNPL. La situation ne devrait pas se décanter dans l"immédiat. Les négociations entre la direction d'Air France et les syndicats de pilotes ont été suspendues jeudi soir en raison de la tenue d'un conseil d'administration (CA) du groupe Air France-KLM, a-t-on appris de sources concordantes.

"La situation est bloquée à l'heure actuelle" mais les négociations peuvent reprendre à tout moment entre jeudi soir et vendredi 15h00, au plus tard, a affirmé à l'AFP Julien Duboz, porte-parole du Spaf, un syndicat de pilotes qui participe aux pourparlers.

Résultat, le trafic devrait rester perturbé vendredi, voire ce week-end.

Air France renonce à Transavia Europe. La direction a annoncé mercredi soir le "retrait immédiat" du projet de la filiale low cost Transavia Europe, principale revendication des pilotes en grève depuis onze jours. Un abandon "définitif" officialisé jeudi en comité central d'entreprise. Depuis, les négociations ont repris et s'annoncent tout aussi périlleuse car Transavia Europe n'était qu'une partie du problème.

>> LIRE AUSSI - Air France renonce à son projet Transavia Europe

Pourquoi la grève continue-t-elle ? Parce que Transavia Europe n'était que l'un des dossiers défendus par la direction. La montée en puissance de Transavia France est, elle, toujours à l'ordre du jour. Or la direction et les syndicats de pilotes ne sont pas d'accord sur la méthode à adopter pour développer cette filiale low cost Made in France. Les syndicats souhaitent l'instauration d'un contrat unique pour les pilotes, quelle que soit la compagnie pour laquelle ils opèrent, ce que refuse la direction : dans ce cas, elles n'arrivera jamais à réduire assez ses coûts pour concurrencer les autres compagnies à bas coût. Elle demande donc aux pilotes d'augmenter le nombre d'heures de vol.