Goodyear Amiens-Nord : pas de repreneur

  • A
  • A
Goodyear Amiens-Nord : pas de repreneur
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'annonce de la direction scelle la fermeture prochaine du site après 6 ans de bras de fer.

L'info. La direction de Goodyear France a annoncé mardi l'échec des tentatives destinées à trouver un repreneur de son usine d'Amiens-Nord. Après cette annonce, le site semble condamné à fermer. 1.173 emplois sont menacés. Le gouvernement a immédiatement demandé à la direction de Goodyear France des "mesures exemplaires d'accompagnement" des salariés.

>>> A lire aussi : Goodyear : 1.173 emplois sur la sellette

Une fermeture, faute de repreneurs sérieux. Goodyear France a précisé que trois fabricants de pneumatiques, qui s'étaient manifestés dans un premier temps, n'ont pas donné suite, et que deux fonds d'investissement, sans expérience dans le secteur, ont été écartés faute de garanties. Goodyear a par ailleurs ajouté que le projet de Scop (coopérative) formulé par la CGT ne représentait pas une "solution au problème des pertes récurrentes de l'activité".

Pas de délocalisation. Goodyear France ne ferme pas ici pour ouvrir un site ailleurs, la direction a ainsi indiqué mardi avoir "rappelé les informations factuelles qui démentent formellement les allégations de délocalisation évoquées par certains représentants du personnel".

Le gouvernement veut des "mesures d'accompagnement". Preuve que le sort de l'usine d'Amiens-Nord semble bel et bien scellé cette fois : le gouvernement a demandé à la direction de Goodyear France des "mesures exemplaires d'accompagnement" des salariés. "L'Etat s'engage également à être présent aux côtés des territoires et des salariés, en appui aux projets de ré-industrialisation qu'ils initieront pour la sauvegarde du plus grand nombre d'emplois", ont précisé les ministres du Redressement productif Arnaud Montebourg et du Travail Michel Sapin.

>>> A lire aussi : La colère sociale menace Hollande

Les syndicats espèrent encore. La nouvelle a été accueillie avec une certaine indifférence par les représentants syndicaux qui espèrent faire invalider le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE), annoncé le 31 janvier 2013. L'affaire sera examinée lundi prochain par le tribunal de grande instance de Nanterre, dans les Hauts-de-Seine. "Nous attendons avec impatience" l'audience, a expliqué Frank Jurek, délégué CGT . En 2008 et en 2010, la justice a déjà bloqué deux fois des plans sociaux de la direction de Goodyear pour l'usine d'Amiens-Nord.