Goldman Sachs accusé de fraude

  • A
  • A
Goldman Sachs accusé de fraude
@ REUTERS
Partagez sur :

Le gendarme de la Bourse américaine a en ligne de mire la vente de "subprime" avant la crise.

La banque américaine Goldman Sachs a été accusée de fraude vendredi par l'autorité des marchés financiers américains, qui lui reproche d'avoir trompé les investisseurs lors de la commercialisation d'un produit financier complexe lié à des crédits immobiliers "subprime".

Cette plainte au civil est la plus grosse affaire depuis des années contre Goldman Sachs, critiquée pour ses pratiques en affaires et en matière de rémunération après être sortie de la crise comme la banque la plus influente de Wall Street. L'affaire marque aussi un développement spectaculaire des efforts des autorités de régulation visant à déterminer les responsabilités des personnes et des entreprises ayant joué un rôle dans la crise financière.

Un Français mis en cause

La Securities and Exchange Commission (SEC) a annoncé vendredi qu'elle poursuivait la prestigieuse banque d'affaires pour "fraude". La plainte de la SEC désigne le Français Fabrice Tourre, vice-président de la banque new-yorkaise, comme principal responsable de cette manœuvre, qui remonte à avril 2007, juste avant l'éclatement de la crise des subprime.

Goldman Sachs (GS) est accusé par le gendarme de la Bourse américaine d'avoir fait "des déclarations trompeuses et passé sous silence des faits essentiels sur certains produits financiers liés aux prêts subprime au moment où le marché de l'immobilier résidentiel américain commençait à chuter".

Un milliard de pertes

La banque aurait caché le fait qu'un de ses importants clients, le fonds d'investissement Paulson, avait poussé à la création de ce produit financier au moment même où ce fonds prenait des positions pariant sur la chute du marché immobilier. "Goldman, à tort, a permis à un client qui jouait contre le marché hypothécaire d'influencer lourdement quels titres immobiliers devaient être inclus dans un véhicule d'investissement, alors qu'au même moment elle disait à d'autres investisseurs que ces titres étaient choisis par un tiers indépendant et objectif", a accusé un responsable de la SEC, Robert Khuzami.

Paulson & Co est connu pour avoir gagné des milliards de dollars en pariant sur le crash du marché immobilier américain. Dans l'affaire montée avec Goldman, Paulson, qui n'est pas poursuivi par la SEC, aurait gagné un milliard de dollars (741 millions d'euros), tandis que les investisseurs auraient perdu à peu près la même somme.

Des "accusations infondées"

"Les accusations de la SEC sont complètement infondées d'après la loi et les faits et nous allons les contester vigoureusement et défendre la firme et sa réputation", s’est défendu la banque américaine dans un communiqué.

La SEC a laissé entendre que d'autres banques que Goldman Sachs pourraient être poursuivies par les autorités américaines pour fraude sur des produits financiers liés aux crédits subprime.

Réactions à la Bourse

Le titre Goldman Sachs a immédiatement dévissé à cette annonce, entraînant dans une chute de plus de 12% l'ensemble des valeurs financières à Wall Street. L'hémorragie s'est rapidement étendue à l'Europe. A Paris, le CAC 40 a fini à en repli de 1,94% à 3.986,63 points.