Gérald Darmanin : "aucun gouvernement n’a fait de telles économies depuis 40 ans"

  • A
  • A
Gérald Darmanin : "aucun gouvernement n’a fait de telles économies depuis 40 ans"
@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

Le ministre de l’Action et des Comptes publics explique comment il entend réduire les dépenses publiques. 

Lors de la convention de La République en marche (LREM) samedi à Paris, le Premier ministre Édouard Philippe a annoncé une baisse des prélèvements obligatoires "d’environ 7 milliards d’euros" en 2018. Pour assurer le service après-vente des promesses du chef du gouvernement, le ministre de l’Action et des Comptes publics Gérald Darmanin insiste ce dimanche dans les colonnes du JDD sur la nécessité de réduire les dépenses publiques.

"Moins de dépenses publiques, c’est moins d’impôts". "Chaque seconde, nous creusons les déficits de 2.400 euros ! Nous sommes dans une course folle où l’État dépense 25 % de plus que ce qu’il gagne", assure Gérald Darmanin au JDD. "C’est un devoir patriotique que de rétablir les comptes de la nation". Et le maire de Tourcoing en est persuadé, "c’est un cercle vertueux : moins de dépenses publiques, c’est moins d’impôts".

"Les 3% de déficit, la mère des batailles". Gérald Darmanin, qui entend faire des économies "partout", veut "tenir la parole de la France sur les 3 % de déficit, c’est la mère des batailles". "Tous les ministères contribueront à l’effort collectif", assure l’ancien protégé de Xavier Bertrand. "Pour 2018, il y aura des mesures nouvelles pour les ministères prioritaires définis par le Président. Mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas, dans ces mêmes ministères, des sources d’efficacité à trouver".

"Évaluer le dispositif" du prélèvement à la source. En bon ministre, Gérald Darmanin est aussi là pour déminer certains dossiers comme le rétropédalage sur le prélèvement à la source. "J’ai demandé à l’Inspection générale des finances et à un cabinet indépendant un audit pour septembre que je partagerai avec le Parlement", explique-t-il pour mieux "évaluer le dispositif". Et de promettre : "à la suite de nos échanges avec les syndicats de Bercy, nous organisons aussi une expérimentation cet été".