General Electric envisage de supprimer 345 postes à Grenoble

  • A
  • A
General Electric envisage de supprimer 345 postes à Grenoble
GE envisage de supprimer 345 des 800 postes dans l'usine de sa branche Hydro de Grenoble.@ AFP
Partagez sur :

"Le chiffre de 345 postes apparaît noir sur blanc sur un document de la direction qui a été remis lors d'un comité européen qui se tenait à Roissy", a le délégué syndical central CFDT Hydro France. 

Le conglomérat américain General Electric (GE) envisage de supprimer 345 des 800 postes dans l'usine de sa branche Hydro de Grenoble, ont indiqué mercredi des sources syndicales, confirmant des informations de presse. "Le chiffre de 345 postes apparaît noir sur blanc sur un document de la direction qui a été remis lors d'un comité européen qui se tenait à Roissy", a précisé Jean-Bernard Harnay, délégué syndical central CFDT Hydro France. 

Jean-Bernard Harnay, qui participait avec les autres représentants syndicaux à un comité de groupe France à Buc (Yvelines), a tenu à préciser que c'était "un document de la direction" et que les "négociations n'avaient pas commencé".

A partir de septembre. Les syndicats du comité de groupe France ont aussi relevé l'annonce "fin juin" du "regroupement des activités de Power et Energy Connections". "Vendredi dernier, le patron de cette nouvelle activité nous annonce dans une information à tous les salariés qu'il y aura un plan de restructuration et des suppressions de postes. Le tout à venir à partir de septembre", ont-ils dénoncé. Les syndicats rappellent que "le premier plan de restructuration terminé en 2016 a conduit GE à se séparer de 800 postes".

"Aucun commentaire". De son côté, GE Renewable Energy a confirmé à l'AFP "avoir entamé le 4 juillet des discussions avec l'IRS (instance de représentation des salariés au niveau euroépen), le comité européen d'entreprise des anciens employés d'Alstom Energy, sur des propositions visant à faire évoluer l'activité hydroélectricité de GE". "Cette étape est nécessaire pour mieux positionner notre activité et réussir dans un marché extrêmement concurrentiel. Des réunions sont prévues le 7 juillet avec les organes représentatifs de la division Hydro France", a ajouté la direction qui ne fera "aucun commentaire" sur ce sujet jusqu'à la clôture des réunions.

Une promesse de création de 1.000 emplois tenue à moitié. En janvier 2016, GE avait annoncé la suppression en deux ans de 6.500 postes sur 35.000 en Europe dans les activités énergétiques rachetées à Alstom, dont 765 en France. Pour obtenir l'aval du gouvernement au rachat du pôle énergie d'Alstom, GE s'était engagé à créer 1.000 emplois nets en France en trois ans. Une promesse réalisée à moitié, a assuré mi-juin GE. Pour être tenue, elle suppose l'embauche au minimum de 3.700 personnes d'ici 2018 pour compenser les suppressions et départs naturels, avait indiqué le groupe en 2016, avant le plan touchant Grenoble. À ce jour, environ 1.700 créations ont été annoncées en France, sans compter l'atelier d'imprimantes 3D prévu à Belfort, selon un décompte de l'AFP.