GDF Suez va faire chauffer les factures

  • A
  • A
GDF Suez va faire chauffer les factures
@ REUTERS
Partagez sur :

Le gazier s'est dit prêt à lancer des recours contre d'autre blocage des tarifs.

Le gel des prix du gaz acté par le gouvernement sera donc compensé par les particuliers. Ainsi en a décidé GDF Suez qui a annoncé jeudi qu'il allait facturer à ses clients particuliers 290 millions d'euros supplémentaires pour compenser son manque à gagner. Le groupe a assuré qu'il le fera de manière étalée pour limiter l'impact de ce rattrapage. Mais GDF ne compte pas s'arrêter là et fourbit  déjà ses armes en vue d'un nouveau recours contre la hausse limitée à 2% intervenue en juillet.

Supplément de 40 euros en moyenne

Le rattrapage devrait se traduire, dans les faits, par un supplément à payer d'environ 40 euros en moyenne pour les sept millions de foyers chauffés individuellement au gaz. "Afin de réduire au maximum l'impact sur le pouvoir d'achat des Français, GDF Suez, en accord avec l'Etat, étalera le paiement qui représente un coût moyen de 38 euros pour un client qui se chauffe au gaz naturel, jusqu'à juin 2014", a indiqué une porte-parole du groupe.

Le surcoût serait donc inférieur à "deux euros par mois sur cette période pour les ménages qui se chauffent au gaz naturel", a-t-elle ajouté. eux qui n'utilisent le gaz que pour la cuisine et l'eau chaude devraient, eux, payer 20 centimes en plus par mois en moyenne.

Arrêté annulé par le Conseil d'Etat

Le Conseil d'Etat avait donné raison début juillet au groupe dirigé par Gérard Mestrallet en annulant l'arrêté de septembre 2011 pris par l'ancien gouvernement Fillon, qui avait gelé les tarifs de gaz. Il avait imposé à l'Etat de réviser rétroactivement les tarifs appliqués pour la période allant du 1er octobre 2011 au 1er janvier 2012.

Après ce premier bras de fer qui s'est conclu à son avantage, GDF Suez s'est dit prêt jeudi à lancer des "recours appropriés" contre la hausse de ses tarifs en juillet, que le gouvernement Ayrault avait décidé de plafonner à 2%, là encore au nom de la défense du pouvoir d'achat. Cette hausse limitée reste très inférieure au niveau requis pour couvrir les coûts de l'opérateur historique, qui a été estimé officiellement à 7,3% par l'autorité du secteur, la Commission de régulation de l'énergie (CRE). GDF Suez évalue son préjudice à 30 millions d'euros au troisième trimestre.

"Étendre le tarif social"

GDF Suez a néanmoins indiqué jeudi poursuivre ses discussions avec le gouvernement "pour mettre en place un tarif progressif et étendre le tarif social afin de protéger les ménages en difficulté". Le gouvernement s'est engagé à instaurer une tarification progressive de l'énergie et de l'eau, conformément à l'engagement du président François Hollande, mais les modalités de cette réforme n'ont pas encore été décidées.