Gaz : la baisse des prix va-t-elle durer ?

  • A
  • A
Gaz : la baisse des prix va-t-elle durer ?
Les tarifs réglementés du gaz de GDF Suez baisseront de 0,6% au 1er avril pour les ménages, reculant ainsi légèrement pour le troisième mois consécutif, a annoncé vendredi le ministère de l'Ecologie et de l'énergie.@ MAXPPP
Partagez sur :

Les tarifs diminueront de 0,6% en avril, après deux baisses en février et mars. Trop beau pour durer?

Les chiffres. Le gouvernement a-t-il trouvé la bonne formule pour les prix du gaz ? Le ministère de l’Énergie a annoncé vendredi que les tarifs de GDF Suez baisseront de 0,6% au 1er avril, après les replis de 0,5% et 0,3% déjà enregistrés le 1er février et le 1er mars. Mais la tendance va-t-elle durer ? Rien n'est moins sûr. Éléments de réponse.

Boursier.com - Les prix du gaz pourraient baisser de 0,6% le 1er avril

L'explication. Ces baisses successives découlent de la réforme des tarifs du gaz, annoncée fin 2012. GDF Suez s'appuie en effet sur la loi pour formuler ses demandes de hausses des tarifs. La loi prévoit que les tarifs couvrent les coûts d'approvisionnement, de transport, de stockage, de commercialisation et de distribution du groupe. Mais elle prévoit aussi qu'ils évoluent selon les cours du marché du pétrole et du gaz. Or, les cours du gaz évoluent globalement davantage à la baisse que ceux du pétrole. Et la réforme du gouvernement impose que les prix de GDF tiennent davantage en compte les cours du gaz qu'auparavant, à hauteur de 36% du prix total contre 26% l'an dernier. Un changement qui se ressent sur la facture finale du consommateur.

La tendance devrait se poursuivre… un peu. Fin février, le vice-président de GDF Suez, Jean-François Cirelli, avait lui-même estimé que la légère détente se poursuivrait a priori après avril et pendant encore "quelques mois", à condition que les grands facteurs d'évolution (cours du pétrole, taux de change et cours du gaz naturel sur le marché au comptant) continuent d'évoluer favorablement.
Boursier.com - Les tarifs du gaz baisseront de 0,3% le 1er mars

Une prévision difficile à long terme. Les cours du pétrole constituent toujours le facteur le plus important dans le calcul du prix du gaz (GDF en explique la raison ici). Or il est difficile de les anticiper, car ils dépendent de multiples facteurs : conjoncture, conflits, géopolitique, changements climatiques etc. Pour 2013 toutefois, les analystes semblent dire que les prix du baril devraient rester globalement les mêmes qu'en 2012. Quant aux cours du gaz, une forte hausse (entre 30 et 40%) est attendue pour 2014, avant une baisse à partir de 2015, selon une étude du cabinet A.T. Kearney. Mais le consommateur "ne ressentira que faiblement" la différence, en vertu de la toujours grande part du pétrole dans le prix du gaz.

Une hausse dès le mois de juillet ? La facture pourrait toutefois augmenter de 0,5 % dès le 1er juillet, sans aucun lien avec l'évolution des cours. En cause : les nouveaux tarifs d'utilisation des réseaux de transport de gaz naturel, décidé par la Commission de régulation de l'énergie (CRE) début mars. Ces tarifs devront en effet augmenter nettement plus que l'inflation, afin de financer les investissements des gestionnaires de gazoducs français. Cette hausse, si elle se confirme, s'ajoutera à celle imposée aux consommateurs, suite à une décision du Conseil d'Etat fin janvier, visant à rattraper les limitations des tarifs décidés par le gouvernement.

>> À lire : les prix augmenteront de 23 euros