Gamma placée en redressement judiciaire

  • A
  • A
Gamma placée en redressement judiciaire
Partagez sur :

Un plan social va être mis en place pour les 14 photographes salariés de l'agence.

C'est une page qui se tourne pour Gamma, fleuron du photojournalisme français. Le tribunal de commerce de Paris a placé en redressement judiciaire avec une période d'observation de six mois l'agence, co-fondée en 1966 par Raymond Depardon, jeudi. Un administrateur judiciaire a été nommé pour étudier le plan de continuation d'Eyedea Presse, qui coiffe entre autres Gamma, et souhaite poursuivre son activité en trouvant des repreneurs.

Un plan social sera mis en place pour les 14 photographes salariés de l'agence, a annoncé Stéphane Ledoux, le PDG d'Eyedea, à l'issue de l'audience du tribunal.

Avec Sygma et Sipa, Gamma est l'une des trois agences qui ont contribué à faire de Paris la capitale mondiale du photojournalisme dans les années 1970. Gamma, c'est d'abord les clichés de Raymond Depardon, parti ensuite pour le collectif Magnum. C'est aussi les reportages de Gilles Caron sur Mai-68 et la guerre du Vietnam.

Les années 1990 vont marquer la fin de l’indépendance. Racheté par Hachette Filipacchi Médias en 1999, Gamma appartient depuis 2006 au groupe Green Recovery, spécialiste de la reprise d'entreprises en difficulté. Ces dix dernières années, l’agence de photos a connu une succession de plans sociaux.

Des délégués syndicaux reprochent à la direction d'avoir transféré certains des photographes d'Eyedea Presse vers les filiales Exclusive et Illustration, jugées plus rentables.