'Stress tests' : "les banques françaises sont solides"

  • A
  • A
'Stress tests' : "les banques françaises sont solides"
@ Reuters
Partagez sur :

ECONOMIE - Le président du directoire Banque Populaire-Caisse d'épargne était l'invité d'Europe 1 lundi.

Alors que la Banque centrale européenne (BCE) a publié dimanche les résultats de ses "stress tests", François Pérol, président du directoire Banque Populaire-Caisse d'épargne (BPCE), revient sur les bons résultats des banques françaises. Des 6.000 banques européennes, ce sont les 130 plus importantes qui ont été testées et seulement 25 ont échoué dont une Française.

"Une bonne nouvelle pour l'économie française". Les banques françaises sont "solides", rassure François Pérol. Il prend l'exemple de la BPCE pour détailler les "stress tests" : "120 personnes ont pendant 9 mois audité la moitié des actifs de la BPCE". L'exercice s'est fait en deux étapes : "D'abord un check-up, puis, un test d'effort avec un scénario de récession (chômage, effondrement des prix de l'immobilier, dégradation de la note de la France), l'objectif est que la banque résiste à tout cela".

Les banques françaises s'en sortent mieux que les banques européennes. Elles ont retenu la leçon de 2008 en se débarrassant d'"activités risquées", s'est félicité François Pérol.

Les banques françaises, "à disposition des entreprises". François Pérol tient à rappeler qu'en matière de crédit, "la France est le pays de la zone euro où les crédits sont les plus dynamiques". Et les stress tests démontrent que les banques peuvent prêter encore plus mais "la demande de prêt qui s'adresse à nous n'est pas suffisante", se justifie le président du directoire de la BPCE. Il précise cependant que 9 demandes de prêts d'équipement sur 10 faites par les entreprises sont satisfaites par les banques. D'ailleurs, "nous sommes allés utiliser l'enveloppe mise à disposition par la BCE pour prêter davantage aux entreprises", a-t-il ajouté. 

François Pérol a insisté : "Les banques françaises sont à la disposition des chefs d'entreprise pour financer leurs projets". 

Des stress tests bientôt renforcés. Les stress tests vont devenir annuels et le contrôle va se faire à l'échelle européenne et non plus nationale. Ce qui permettre selon François Pérol, de "comparer les banques européennes entres elles". 

Les réformes de l'Etat, des effets tardifs. "Pour 2015, les prévisions de croissance ne sont pas très optimistes, 0,5% selon la BPCE", a annoncé François Pérol. Les annonces du gouvernement auront "des effets" mais tardifs, pas avant 2016 voir 2017, selon le président du directoire. 

>> LIRE AUSSI - Nobel d'économie : les lauréats sont-ils écoutés ?