22/10/2017 - 08h38

France Télévisions : les députés ne reviennent finalement pas sur les coupes budgétaires

© LUDOVIC MARIN / AFP

Les députés ne sont finalement pas revenus samedi soir sur les coupes infligées à France Télévisions dans le projet de budget 2018, qu'ils avaient pourtant atténuées en commission, ceci en dépit des protestations du groupe public.

Une réduction de 50 millions d'euros. Le gouvernement avait décidé fin septembre de réduire de 50 millions d'euros le budget du groupe public l'an prochain, à 2,57 milliards d'euros, par rapport à son contrat d'objectif et de moyens conclu avec l'ancien exécutif. Mais le rapporteur général du Budget Joël Giraud (LREM) avait fait voter en commission un amendement qui visait à atténuer cette coupe de 20 millions d'euros, essentiellement en repoussant d'un an l'entrée en vigueur de la loi Gattolin, qui prévoit l'interdiction à partir de janvier 2018 de la publicité autour des programmes pour enfants diffusés sur les chaînes du service public.

Une diversification des sources de financement. Cet amendement devait être revoté dans l'hémicycle pour être intégré dans le projet de budget. Mais, en séance samedi soir, Joël Giraud a retiré son amendement sans donner d'explications. Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a évoqué la nécessité d'une "diversification" structurelle du financement de France Télévisions, expliquant "qu'il n'est pas normal que 90% des recettes viennent du financement de l'État".

Une grève très suivie. Une journée de grève a eu lieu le 17 octobre au sein du groupe public contre ces coupes. Le conseil d'administration de France Télévisions avait prévenu fin septembre que cette baisse risquait de contraindre l'entreprise à revoir ses "engagements et obligations". Plusieurs organisations professionnelles de l'audiovisuel et de la culture ont également manifesté leurs inquiétudes.