Forte hausse du chômage en septembre

  • A
  • A
Forte hausse du chômage en septembre
Sur deux mois, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A a augmenté de 10.000 personnes en France.@ MAXPPP
Partagez sur :

Il y a eu 60.000 chômeurs de plus inscrits à Pôle emploi. Le contrecoup de la baisse enregistrée en août.

L’INFO. Les réjouissances ont été de courte durée. Après le bug et l’étonnante baisse de 50.000 chômeurs de catégorie A au mois d’août, leur nombre est reparti à la hausse (+1,9%). Le coup de balancier est d’ailleurs encore plus fort puisque ce sont 60.000 personnes de plus qui ont pointé au chômage au mois de septembre 2013.

“Effet d’accordéon”. Du côté du ministère du Travail, on appelle à la prudence à la lecture de ces fortes variations. Les chiffres du chômage doivent “s’apprécier en tendance sur plusieurs mois”, juge le ministère dans un communiqué.

Selon lui, l’effet accordéon ne doit donc pas être pris en compte en tant que tel, il faut analyser les chiffres d’août et de septembre ensemble. Le calcul est donc simple : 50.000 - 60.000 = -10.000. Le tout divisé par deux mois, il y a eu en moyenne 5.000 chômeurs de plus en août et en septembre pour le ministère.

Les jeunes très touchés. Alors que le chômage des jeunes baissait depuis le mois de mai, il a cette fois-ci fortement augmenté à 3%. Malgré ces mauvais résultats, le ministère précise que depuis cinq mois, le chômage de cette catégorie a baissé en moyenne de 0,5% tous les mois.

Bug résolu. Au mois d’août, les chiffres du chômage avaient indiqué une baisse de 50.000 chômeurs. Mais un bug chez SFR avait faussé les chiffres. Résultat, nombre de demandeurs d'emplois n'ayant pas été relancés, beaucoup ne se sont pas rendus à Pôle Emploi en août pour mettre à jour leur situation et ont ainsi disparu des radars du ministère. Presque 80.000 personnes de plus avaient été supprimées des listings par rapport au mois précédent. Depuis, ces chiffres sont revenus à la normale aux alentours de 200.000 personnes par mois. C'est principalement en s'appuyant sur ce bug que le ministère de l'Emploi explique aujourd'hui la volatilité des chiffres des deux derniers mois.

test