Fiscalité : comment la France va aider la Grèce

  • A
  • A
Fiscalité : comment la France va aider la Grèce
@ REMY DE LA MAUVINIERE / POOL / AFP
Partagez sur :

Bercy va envoyer des agents en Grèce pour former le fisc local… et notamment lui réapprendre à faire peur.  

François Hollande est en visite officielle en Grèce, jeudi et vendredi. Il s'agit de sa première visite sur place depuis l'accord de sauvetage du pays négocié cet été. Le chef de l'Etat s'exprimera notamment vendredi devant le parlement grec. L'idée est de rappeler que la France est là pour soutenir Athènes dans ses réformes. Mais aussi d'apporter une aide concrète : selon les informations d'Europe 1, la France va apporter son expertise en matière de fiscalité.

Une chasse à l'optimisation made in France. Le fisc français va notamment former des agents grecs aux techniques françaises. Bercy a une expertise solide en la matière. Et les Grecs sont notamment très intéressés par notre système de chasse aux avoirs cachés par les contribuables à l'étranger. Athènes veut s'en inspirer. Selon les Grecs, il y a des milliards d'euros à aller chercher. D'ici quelques mois, la Direction générale des finances publiques (DGFP) va donc former des équipes grecques. Le nombre d'agents n'est pas encore arrêté. Mais ils vont apprendre à déceler et à retrouver les mauvais payeurs.

Copier le gendarme français. Et ce n'est pas fini. "Rien ne fonctionnera si les fraudeurs n'ont pas peur du gendarme", glisse-t-on à Bercy. Et pour le moment, personne n'a peur des agents des impôts en Grèce. L'administration grecque, "c'est un peu un grand bazar" confie-t-on côté français. Il va donc aussi falloir les aider à réorganiser cette administration, à la rendre plus efficace. L'idée est de faire en sorte que les ministères grecs se parlent entre eux, que l'on puisse retrouver et recroiser des données fiscales. Pour ça aussi, Paris va envoyer sur place des agents.

La France va fournir gratuitement tous ces services. "L'idée", dit-t-on dit à Bercy, "est d'entrer dans le concret pour que les réformes annoncées fonctionnent vraiment".