Fessenheim : des centaines de salariés en colère rassemblés à Paris

  • A
  • A
Fessenheim : des centaines de salariés en colère rassemblés à Paris
Près de 250 salariés sont venus de Fessenheim pour réclamer que la centrale alsacienne ne ferme pas.@ Patrick KOVARIK / AFP
Partagez sur :

Près de 250 salariés venus de Fessenheim ont réclamé jeudi, devant le siège d'EDF, que la centrale alsacienne ne ferme pas. 

Plusieurs centaines de salariés d'EDF étaient rassemblés jeudi à Paris, devant le siège de l'électricien, pour dire "non" à la fermeture de Fessenheim, la doyenne des centrales nucléaires françaises dont le sort est au cœur d'une réunion du conseil d'administration.

Une "décision uniquement politique". Près de 250 salariés sont venus de Fessenheim pour réclamer, à coup de sifflets et fumigènes, que la centrale alsacienne ne ferme pas. Parmi eux, Damien Nimetz, 29 ans, opérateur dans cette centrale depuis 9 ans et militant CGT, venu "défendre" son outil de travail et protester contre une "décision uniquement politique" : la fermeture de Fessenheim. Cette dernière figure dans "le trio de tête des centrales nucléaires pour la sûreté", a-t-il fait valoir. Des agents d'autres centrales nucléaires, dont celles de Cruas, Civaux, Nogent-sur-Seine, Chooz ou Cattenom, sont venus soutenir leurs collègues de Fessenheim mais aussi "pour défendre la filière nucléaire".

Un "mépris inacceptable". Hasard du calendrier ou non, le conseil d'administration d'EDF à l'issue encore incertaine se tient quarante ans, jour pour jour après le raccordement au réseau du premier réacteur de Fessenheim. Un anniversaire au goût amer pour les agents de la centrale pour qui "il ne s'agit pas d'une simple coïncidence de dates mais d'une preuve de mépris inacceptable". 

Une décision purement "électoraliste". Dans un courrier adressé aux membres du conseil d'administration d'EDF, l'intersyndicale CFE-CGC, CFDT, FO et CGT de la centrale de Fessenheim les appelle à "résister à la prise en otage de (leur) outil de travail à des fins électoralistes". "Au vu du marché de l'électricité et du contexte économique de notre entreprise, il est aberrant de vouloir se passer de moyens de production amortis, rentables", écrivent-ils, en protestant contre "l'ignominie" d'une telle décision, promesse phare de François Hollande en 2012. En jeu, quelque 2.000 emplois directs et indirects, rappellent tous les syndicats.

Hostiles à la fermeture, les six administrateurs salariés voteront contre la demande d'abrogation d'autorisation d'exploiter la centrale. L'issue du vote, s'il a lieu, est donc dans les mains des six administrateurs indépendants, parmi lesquels le Pdg d'EDF, Jean-Bernard Lévy, dont la voix est prépondérante en cas d'égalité.