Fengsheng en France ? "Un jour, peut-être", dit Robert Peugeot

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Robert Peugeot estime que la marque Fengsheng, du chinois Dongfeng, "pourrait" être commercialisée en France "un jour", "mais pas tout de suite".

INTERVIEW E1.  La marque chinoise de Dongfeng, Fengsheng, déferlera-t-elle bientôt sur la France ? "Cela pourrait un jour, mais pas tout de suite", selon Robert Peugeot, membre du conseil de surveillance de PSA Peugeot Citröen, qui assure mercredi sur Europe 1 que "l'avenir de Peugeot et de Citroën est un avenir mondial". 

"650 à 700.000 voitures". Mercredi, le président chinois Xi Jinping, en visite en France, va signer l'entrée de Dongfeng au capital de Peugeot. Pour Robert Peugeot, qui est aussi président du holding familial FFP, "c'est une nouvelle page qui se tourne". Se disant "très heureux de constater que la clientèle chinoise apprécie des marques aussi réputées que Peugeot et Citroën", Robert Peugeot indique : "les objectifs de notre joint-venture en Chine pour l'année qui vient, c'est 650 à 700.000 voitures". Puis, le groupe entend "monter rapidement à 1,5 million de voitures, probablement sur les trois marques Peugeot, Citroen et la marque de Dongfeng, Fengshen". Sur cette dernière marque, Robert Peugeot indique qu'il s'agit de la "développer au départ [...] pour le marché chinois et demain de la commercialiser d'abord dans la région asiatique". Avant de le faire en France ? "Ça pourrait un jour, mais pas tout de suite", répond Robert Peugeot.

"La remontée du marché s'esquisse". "Nous avons traversé une période très difficile avec la chute du marché européen qui a été considérable. On sent que c'est la fin de cette chute : la remontée de ce marché s'esquisse", assure-t-il, tout en notant que "le principal marché aujourd'hui" se trouve "en Asie, en Chine" et que "la présence de Peugeot et Citroën en Chine est fondamentale". Mais selon lui, "l'avenir de Peugeot et de Citroën est un avenir mondial".

Pas de fermetures d'usine "au programme actuellement". Interrogé sur l'éventualité d'une fermeture d'usine PSA dans les quatre ans en France, Robert Peugeot a répondu que ce n'était "pas au programme actuellement"."Sur le détail du plan d'action, nous verrons ce que Carlos Tavares [le président du directoire de PSA] dira lors de sa présentation de son plan d'avenir, 'Back in the race', qu'il fera à partir de mi-avril."

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

DÉCRYPTAGE - Que pèse la Chine en France ?

LAURÉATE - La Peugeot 308 voiture de l'année

ZOOM - PSA, un lion à trois têtes