Facebook plonge à Wall Street

  • A
  • A
Facebook plonge à Wall Street
Facebook avait annoncé des résultats mitigés, aussitôt sanctionnés par les investisseurs à Wall Street@ REUTERS
Partagez sur :

Le réseau social avait annoncé des résultats mitigés, aussitôt sanctionnés par les investisseurs.

Décidément, Wall Street ne réussit pas à Facebook. Après une introduction en Bourse plutôt chaotique, la firme de Palo Alto semble toujours à la peine. Vendredi, le cours de Facebook s'est effondré à l'ouverture de la bourse de New York après la publication la veille de résultats mitigés mais pourtant annoncés.

Le cours a déjà perdu 40%

Vendredi, l'action Facebook a chuté de près de 15% dès l'ouverture de Wall Street. Alors qu'elle avait été introduite au cours de 38 dollars le 18 mai dernier, elle ne valait alors plus qu'un peu moins de 23 dollars - soit un repli de 40%.

Les investisseurs sanctionnent ainsi le géant des réseaux sociaux pour ses résultats moyens. Facebook avait annoncé jeudi soir une perte nette de 157 millions de dollars pour l'année, alors que la firme de Palo Alto avait enregistré un bénéfice net de 159 millions de dollars un an plus tôt.

Les résultats ne sont pas si mauvais

Pourtant, rapporté au nombre d'actions et sans prendre en compte la comptabilisation de rémunérations en stock-options, la société de Palo Alto affiche un bénéfice de 12 cents, exactement ce qu'attendaient les analystes. Le chiffre d'affaires est même en hausse de 32% sur un an et se situe juste au-dessus des attentes, à 1,18 milliard de dollars contre 1,15 milliard attendu.

Le recul de vendredi s'explique avant tout par "les inquiétudes (des investisseurs) à propos de la façon dont la société prévoit de générer d'importants revenus avec ses produits pour appareils mobiles", a expliqué le site d'analyse financière 247WallSt.com. "Wall Street ne comprend simplement pas Facebook, tout comme elle n'avait pas compris Google à l'heure de son introduction en Bourse" en 2004, a commenté Lou Kerner, un expert du secteur. Le marché avait fini par soutenir Google, dont l'action vaut désormais plus de 600 dollars contre 85 lors de son arrivée à Wall Street.