Facebook dégringole encore

  • A
  • A
Facebook dégringole encore
L'action du groupe a déjà beaucoup baissé depuis son entrée en Bourse début mai à 38 dollars.@ REUTERS
Partagez sur :

Le titre a chuté jeudi à l'ouverture de Wall Street après le déblocage de 270 millions d'actions.

L’introduction en Bourse de l'action Facebook n’a pas été un grand succès, le cours de l’action ayant perdu presque la moitié de sa valeur en trois mois, et ce n’est peut être pas fini : c’est en effet aujourd’hui que plusieurs actionnaires historiques du réseau social vont pouvoir commencer à vendre à leur tour leurs actions.

Résultat, plus de 270 millions d'actions pourraient être disponibles sur le marché dès jeudi, un afflux qui fait encore chuter un peu plus le cours de l'action. Le titre du réseau social a en effet chuté de 5,42%, à l'ouverture de Wall Street, jeudi.

Un calendrier destiné à préserver le cours de l'action

Le réseau social est entré en Bourse le 18 mai dernier afin de trouver de nouveaux investisseurs et se développer. 480 millions d'actions Facebook ont alors été mises en vente à un prix qui a suscité la polémique. Mais le groupe de Mark Zuckerberg avait déjà sollicité auparavant des investisseurs, qui détiennent 270 millions d'actions. C'est notamment le cas de l'entreprise informatique Microsoft, des sociétés de capital-risque Accel Partners ou Tiger Global Management, ou encore de la banque Goldman Sachs.

Pour éviter un trop grand afflux d'actions à vendre lors de son arrivée en Bourse, Facebook avait conclu cependant un accord avec ces actionnaires historiques : attendre au moins trois mois avant de pouvoir vendre leurs propres actions Facebook. L'expiration de cet accord intervient jeudi et risque de se traduire par la mise en vente de nombreuses actions. Résultat, l'équilibre entre l'offre et la demande va s'en retrouver profondément modifié... et le prix de l'action poursuit sa chute.

Inquiétudes pour une action déjà malmenée

Cette chute du cours de l'action pourrait être du plus mauvais effet puisque les trois premiers mois de Facebook en Bourse ont déjà été calamiteux : vendue à ses débuts 38 dollars l'unité, l'action n'en vaut aujourd’hui plus que 20 dollars.

> A lire aussi : Facebook : une introduction en Bourse gonflée ?

Non seulement les investisseurs estiment que la valeur des actions Facebook a été surestimée au départ, mais ils s'interrogent sur les perspectives de l'entreprise, notamment en termes de profitabilité. Ainsi, "s'il y a des ventes importantes de nos actions", le prix du titre "pourrait reculer", prédit la société dans des documents officiels.

Pourtant, malgré ce risque de chute du cours de l'action, les actionnaires historiques peuvent avoir intérêt à vendre. Même à un cours de 20 dollars par action, ces derniers peuvent encore réaliser une plus-value puisqu'ils avaient acquis des actions il y a longtemps à un prix bien inférieur. Ces derniers ne devraient donc avoir aucun scrupule à vendre s'ils ont besoin de renflouer leur trésorerie, une donnée qui renforce les crainte d'une nouvelle dégringolade de l'action Facebook.

Zuckerberg première victime ?

10.04.Facebook.Zuckerberg.930.620

© REUTERS

Une nouvelle baisse du cours de l'action serait un mauvais signal, non seulement pour les investisseurs qui risquent de se désintéresser de cette action, mais aussi pour le fondateur du réseau social. Mark Zuckerberg est en effet le premier actionnaire de son entreprise, si bien que sa fortune est directement liée à la valeur de Facebook.

A chaque baisse de la valeur des actions Facebook, c'est donc une partie de son patrimoine potentiel qui disparaît virtuellement. Mark Zuckerberg pourrait donc être tenté de vendre quelques millions d'actions pour récupérer du cash. Sauf qu'en vertu du calendrier prévu pour préserver le cours de l'action, il ne pourra vendre ses actions qu'à partir de cet automne. Reste à savoir combien vaudra à ce moment-là une action estampillée Facebook.