Eurozone: la BCE relève à 1,2% sa prévision de croissance

  • A
  • A
Eurozone: la BCE relève à 1,2% sa prévision de croissance
@ Reuters
Partagez sur :

La zone euro devrait faire mieux qu'annoncé précédemment en 2014 estime Mario Draghi et la croissance devrait s'installer durablement. 

La reprise est là. La Banque centrale européenne (BCE) a abaissé sa prévision d'inflation en zone euro pour cette année à 1%, a annoncé jeudi son président Mario Draghi, mais est un peu plus optimiste qu'avant sur la croissance. Le Produit intérieur brut (PIB) de la zone euro devrait ainsi croître de 1,2% cette année, contre une précédente estimation de 1,1%. En décembre, l'institution tablait aussi sur une hausse des prix de 1,1% cette année. 

Le chômage s'est stabilisé et "une certaine amélioration de la demande intérieure devrait se matérialiser", a argué M. Draghi lors de sa conférence de presse mensuelle à Francfort (ouest de l'Allemagne). Pourtant de gros risques continuent à peser sur la croissance en Europe, notamment venus des pays émergents et du fait d'incertitudes géopolitiques aux confins de la région. Pour 2015, la BCE a maintenu ses prévisions inchangées, tant pour la croissance (1,5%) que pour l'inflation (1,3%). Pour 2016, la BCE voit un taux d'inflation de 1,5% et une croissance du PIB de 1,8%, a déclaré M. Draghi.

C'est la première fois que la BCE se risque à une prévision à un horizon si lointain. Les projections de l'institution étaient très attendues, car elles jouent un rôle déterminant dans l'appréciation que font les banquiers centraux des perspectives en zone euro, elle-même cruciale pour leurs décisions de politique monétaire.Plus tôt dans la journée le conseil des gouverneurs de la BCE a décidé de laisser son principal taux directeur inchangé à 0,25%, le niveau auquel il stagne depuis 

sur le même sujet, sujet,

DEFICIT - La France dérape, Bruxelles critique

CROISSANCE - Les raisons de la bonne surprise

ECONOMIE - Le déficit va quand même augmenter en 2014

NOTATION - Dégradation de la France : doit-on s'inquiéter ?