Estrosi exclut la contagion

  • A
  • A
Estrosi exclut la contagion
@ Europe 1
Partagez sur :

Le ministre de l’Industrie garantit que la France ne connaitra pas la situation de la Grèce.

"Il n’est pas trop tard" pour sauver la Grèce, a jugé sur Europe 1, jeudi matin, le ministre de l’Industrie Christian Estrosi. "Nous serons le premier pays à légiférer", a-t-il ajouté rappelant que le plan français d'aide à la Grèce de 6,3 milliards d'euros de prêt a été adopté mercredi à l'unanimité en commission des Finances. "Si nous voulons que l’Europe des solidarités ait un sens c’est maintenant qu’il faut le montrer", a-t-il poursuivi. Ne pointant pas directement la responsabilité de l’Allemagne, il s’est réjoui d’entendre ces derniers jours la chancelière "Angela Merkel venir à des positions plus souples". "Nous devons tous prendre notre part de responsabilité dans la zone euro", a-t-il ajouté.

Après la dégradation de l’Espagne et du Portugal par les agences de notation, Christian Estrosi exclut toute contagion en France et "garantit" que la France ne sera pas mal notée. Il a expliqué que des mesures comme le non remplacement des fonctionnaires avaient été adoptées depuis trois ans "pour que la signature de l’Etat français ait un sens et soit respectée". "C’est bien parce que la France a pris toutes ces dispositions […] qu’aujourd’hui nous pouvons garantir aux Français que nous serons pas dans cette situation".

La chute de l’euro

La crise que traverse l’Europe a au moins un effet positif pour l’industrie : la chute de l’euro face au dollar. Trop élevé, il pénalisait la compétitivité des entreprises françaises sur les marchés mondiaux. "Je regrette que l’euro chute à cause de la crise grecque, mais nous plaidons depuis longtemps pour une réforme du système monétaire international", a déclaré Christian Estrosi. Le ministre s’est également réjoui de la reprise de la production industrielle.

Grève à Airbus

Interrogé sur la grève d’Airbus à Toulouse, il a compris que les syndicats avaient "surtout besoin d’être rassuré sur l’avenir de Toulouse". Le ministre a garanti que l’A320 continuerait à y être produit "jusqu’au terme de la production de son modèle actuel", soit 2020 ou 2025. Et selon lui, les avions pour les vols long courrier, "A380, A330 notamment, puis l'A350", seront également produits à Toulouse. Il a également rappelé que le site toulousain recevrait 1,5 milliard d’euros de l’Etat dans le cadre du grand emprunt. "Voyons dans les heures et les jours qui viennent. Si la situation se débloque, c'est tant mieux. Sans ça, nous interviendrons en terme de médiation bien évidemment", a-t-il déclaré.

Couvre-feu

Le maire de Nice est l’un des premiers à avoir adopté le couvre feu le soir pour les mineurs. Il trouve le bilan positif : "les parents ont un argument. Je donne de l’autorité, j’aide à la prévention, j’accompagne les familles et en même temps je protège les enfants dans ma ville". Réagissant à l’agression d’un chauffeur de tramway dans sa commune, il s’est félicité de l’interpellation rapide et de la condamnation des responsables