Essence : une flambée des prix cet été ?

  • A
  • A
Essence : une flambée des prix cet été ?
@ Maxppp
Partagez sur :

CONSO - Les prix à la pompe devraient remonter ce week-end, mais pas forcément tout l'été.

Les Français sur les routes. Les prix à la pompe en France vont-ils remonter ce week-end, début des grands départs en vacances ? Les avis sont partagés : le comparateur de prix Carbeo met en garde contre "une hausse des prix généralisée sur la France". Mais le secteur pétrolier tempère cette crainte : "il ne faut pas s'attendre à une flambée des prix, on parle de 1 à 2 centimes d'euros du litre", a estimé Jean-Louis Schilansky, patron de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), vendredi matin sur RTL.

Boursier.com - Michel Sapin évoque un mauvais "timing" pour bloquer le prix de l'essence

Des marges en hausse. En revanche, si les cours du pétrole ne devraient pas flamber, les marges des distributeurs (c'est-à-dire la part du prix à la pompe qui revient aux stations-service) ont, elles, grimpé en France. L'association de consommateurs CLCV a dénoncé dans Le Parisien paru jeudi des marges de distribution "anormalement élevées" sur l'essence : 12,2 centimes par litre actuellement pour le sans plomb 95, contre 8,9 pour le diesel.

Pourquoi cette hausse ? Jean-Louis Schilansky, patron de l'Union française des industries pétrolières (Ufip), l'a justifiée par la chute de la part des ventes d'essence dans les ventes totales de carburant (20% contre 80% pour le diesel), et par des surcoûts liés aux Certificats d'économies d'énergie et aux biocarburants. Il a cependant démenti que les stations-service aient gonflé leurs marges cette année pour se rattraper après la baisse des prix à la pompe négociée l'an dernier par le gouvernement.

Faut-il redouter une flambée des cours dans les mois à venir ? L'Egypte, pays stratégique dans le transit des produits pétroliers via le canal de Suez, est plongée dans un bras de fer entre d'une part, les partisans du président Morsi et d'autre part, l'opposition et l'armée qui l'a destitué. Cependant, la situation n'est plus celle d'une pénurie de l'offre de pétrole, susceptible de faire flamber les prix aux moindres troubles dans pays stratégique, souligne le chronique Axel de Tarlé sur Europe 1. Avec le ralentissement de la demande, en particulier en provenance de Chine, et l'exploitation du pétrole de schiste aux Etats-Unis, le marché du pétrole est même en surcapacité de production. Pas d'inquiétude, donc : les prix à la pompe cet été ne devraient pas atteindre des sommets.

>> Réécoutez le zoom éco d'Axel de Tarlé :