Epargne : pas de recul, de l'écoute, pour Moscovici

  • A
  • A
Epargne  : pas de recul, de l'écoute, pour Moscovici
@ (Capture d'écran)
Partagez sur :

Le ministre de l'Economie était l'invité du Grand Rendez-vous d'Europe 1 – Le Monde – i>Télé. 

Pierre Moscovici était dimanche l'invité du Grand Rendez-vous d’Europe 1 – Le Monde – i>Télé. Le ministre de l’Économie était notamment attendu sur le projet de fiscalité de l'épargne qui suscite de forts remous dans la majorité, un tollé dans l'opposition et une fronde des épargnants. Voté mardi dernier dans le cadre de la loi de financement de la Sécurité sociale, il prévoyait l'uniformisation par le haut du taux de prélèvements sociaux, à 15,5%, pour certains contrats d'assurance-vie, plan d'épargne en actions (PEA), PEL, CEL et l'épargne salariale. Mais face à la demande insistante de plusieurs députés socialistes d'écarter du texte le PEL et le CEL, Matignon a, samedi, demandé "à Pierre Moscovici et Bernard Cazeneuve de stabiliser les règles en matière de fiscalité de l'épargne", ajoutant que "des améliorations peuvent être apportées pour le PEL et le CEL".

"L'écoute est une vertu". Dès le lendemain dans le Journal du Dimanche, le second, le ministre du Budget en l'occurrence, a annoncé que seule l'assurance-vie sera visée par le taux unique de 15,5% de prélèvements sociaux. La veille pourtant, il avait mis en garde contre un risque d'inconstitutionnalité au nom du principe d'égalité. Cafouillage ? Rétropédalage ? Qu'en pense le patron de Bercy ? Au micro de Jean-Pierre Elkabbach, Pierre Moscovici a préféré vanter la capacité d'écoute du gouvernement. "Quand on est capable d'écouter, d'entendre un pays aussi fragile, c'est aussi une vertu", a-t-il ainsi estimé. "Nous avons entendu les inquiétudes des petits épargnants", a-t-il argumenté, insistant sur le fait que l'exécutif pouvait "adapter ses décisions".



Moscovici : "nous avons entendu les inquiétudes...par Europe1fr

Le gouvernement a écouté les clubs de foot. Le peut-il également à propos de la taxe exceptionnelle de 75% ? Le gouvernement a-t-il entendu les présidents de clubs de football professionnel qui ont décidé d'une "journée blanche" fin novembre en signe de protestation ? Pour Pierre Moscovici, "le gouvernement a écouté, et notamment les clubs de foot." "Nous avons plafonné la taxe à 5 %, ce qui divise son impact par deux", argue-t-il. "Mais, ajoute-t-il, il y a un principe d'égalité devant l'impôt, comme le président de la République l'a rappelé. Il y a aussi un fait que tout le monde semble oublier : cette taxe est temporaire [deux ans, ndlr]. C'est un effort qui est demandé aux plus fortunés de ce pays pour contribuer à la réduction des déficits dans une période de crise et dans un souci de justice." Une rencontre entre François Hollande et les patrons du ballon rond est prévue jeudi 31 octobre. Le message du président de la République sera-t-il le même ? Pierre Moscovici n'en doute pas.

L'écotaxe bientôt adaptée. Autre sujet sensible évoqué par le ministre de l’Économie : l'écotaxe. Alors qu'une manifestation contre son application a tourné à la guérrilla samedi dans le Finistère, Pierre Moscovici a confirmé qu'elle entrera bien en vigueur le 1er janvier 2014. Mais a assuré que de nouvelles adaptations seraient faites. "Le Premier ministre a demandé aux ministres concernés de faire des propositions, elles seront faites", a-t-il ainsi promis.



Moscovici :  "des propositions seront faites...par Europe1fr