Entreprises : l'espoir renaît chez les patrons

  • A
  • A
Entreprises : l'espoir renaît chez les patrons
L'espoir des patrons renaît dans certains secteurs, notamment industriels, chimie et textile.@ MAXPPP
Partagez sur :

EXCLU - Selon une enquête de la Chambre de commerce et d’Industrie de Paris, certains secteurs croient en la reprise.

Les entreprises entrevoient-elles le bout du tunnel après six ans de crise ? Pas tout à fait selon la Chambre de commerce et d’Industrie de Paris (CCIP) qui souligne toutefois, dans son enquête annuelle sur le moral des patrons, que certains secteurs industriels redémarrent prudemment. Les dirigeants restent frileux et préfèrent encore investir à l’étranger et dans les machines plutôt qu’en France et dans les emplois. Mais il y a du mieux. Europe 1 vous révèle en exclusivité les principaux enseignements de cette enquête.

>> LIRE AUSSI - "Ambiance correcte" entre le gouvernement et les patrons

Voilà les secteurs qui repartent. Les secteurs industriels, ceux qui sont en amont de la chaîne de production recommencent à investir. La chimie, le textile et la métallurgie récupèrent de nouveaux contrats. Par effet domino, ce sont toutes les entreprises liées à ces secteurs qui reprennent des couleurs, de l'habillement aux sous-traitants dans l’automobile ou dans l'électroménager.

Les grosses entreprises plus confiantes. Les PME tirent les prévisions d’investissement vers le bas. L’étude montre qu’en effet, plus la taille de l’entreprise augmente, plus sa volonté d’investir est importante. Au niveau national, les grandes entreprises prévoient une hausse de leurs investissements dans les six prochains mois de l'ordre de 19%.

Des investissements matériels. Les entreprises voient la reprise à leur porte. Leurs dirigeants choisissent donc de préparer le terreau le plus favorable à son épanouissement lorsqu’elle arrivera. Pour cela, les entreprises franciliennes investissent principalement dans le gain d’efficacité – l’optimisation des ressources - (62%), le renouvellement des équipements – achat de machine ou de technologies - (58%) et de nouvelles activités en France (46%).  

>> LIRE AUSSI - Les faillites d'entreprises sont en hausse

Pas de bonnes nouvelles côté emploi. 75% des dirigeants assurent que leurs effectifs sont restés stables au cours des six derniers mois. Toutefois, la majorité est plus prompte à annoncer une réduction de ses effectifs dans les six mois à venir. L’indicateur de la CCI est ancré dans la zone négative, "quel que soit le secteur d’activité ou la taille des établissements".

>> Le 13 octobre, Eric Le Boucher et Agnès Verdier-Molinier ont débattu sur la maltraitance des patrons. Ecoutez :