EN IMAGES - La colère des agriculteurs à Bruxelles

  • A
  • A
EN IMAGES - La colère des agriculteurs à Bruxelles
Partagez sur :

Alors que se tient un conseil des ministres européens sur l'agriculture, des milliers d'agriculteurs se sont rendus à Bruxelles pour mettre la pression sur l'Union Européenne.

Lancers d’œufs, concert de klaxons et de sirènes, et surtout des cortèges de tracteurs au pied des institutions européennes à Bruxelles. Les agriculteurs ont débarqué par milliers lundi dans la capitale belge pour crier leur colère aux chefs de l'UE et les exhorter à trouver une issue à la crise qu'ils traversent depuis des mois. Producteur de lait ou de viande porcine, ils ont rallié Bruxelles dans la matinée à bord de centaines de tracteurs, qui ont rapidement bloqué les rue du quartier Schuman, où siègent les institutions européennes. Objectif : se faire entendre des responsables de la Commission et des ministres européens de l'Agriculture, qui tiennent à partir de 14 heures 30 un conseil exceptionnel sur la crise, que la France avait réclamée en juillet.

fumée-1280

JOHN THYS / AFP


500 millions d'euros débloqués d'urgence. Il faut "trouver des solutions à la grave crise économique qui frappe actuellement le secteur. Les agriculteurs sont obligés de produire à perte", a reconnu le ministre luxembourgeois de l'Agriculture, Fernand Etgen, dont le pays assure la présidence semestrielle de l'UE. Première mesure annoncée, la Commission va débloquer 500 millions d'euros d'aide d'urgence pour les agriculteurs, notamment les producteurs laitiers. "La Commission va proposer que la partie la plus significative de ce paquet sera fournie à tous les États membres sous forme d'enveloppes pour soutenir le secteur laitier", a précisé l'exécutif bruxellois dans un communiqué.

paille-1280

EMMANUEL DUNAND / AFP


paille-1280

JOHN THYS / AFP

Les agriculteurs européens dans le désarroi. L'effondrement des cours du lait et des viandes bovines et porcines a provoqué tout l'été une fronde des agriculteurs européens, du Royaume-Uni à l'Allemagne, en passant par la France. "Il faut une politique agricole commune qui repose sur la réduction du fardeau des charges. Nous voulons des mesures européennes pour faire face à la volatilité des marchés agricoles", a plaidé le président de la Confédération européenne de la coopération agricole (COGECA), Christian Pees, lors d'une conférence de presse.

feu-1280

JOHN THYS / AFP