INTERVIEW E1. "Nous pouvons ce soir aboutir à un accord qui rapprocherait la France des plus hauts standards en matière de flexisécurité", a estimé Laurence Parisot sur Europe 1 jeudi matin. Mais soit un accord "ambitieux" et "permettant une évolution significative et en profondeur du marché du travail" est signé, "soit il n'y aura pas d'accord du tout", a-t-elle prévenu.

Syndicats et patronat se retrouvent jeudi matin pour un dernier cycle de négociations sur l'emploi. L'enjeu est de se mettre d'accord sur un texte qui permettrait d'enrayer le chômage et de relancer la machine de l'emploi.

>> LIRE AUSSI : Emploi : et bien négociez maintenant

Laurence Parisot a confirmé que les chefs d'entreprise étaient d'accord sur la généralisation de l'accès à une complémentaire santé d'entreprise à tous les salariés, alors qu'aujourd'hui plus de 3 millions d'entre eux paient seuls l'accès à une mutuelle. "Nous sommes favorables sur le principe, ce qui voudrait dire que d'ici 4 ans, l'ensemble des salariés qui n'ont pas ce type de couverture pourrait en bénéficier. Il y a encore des paramètres à fixer avec les syndicats mais le principe est acquis."

En revanche, Laurence Parisot reste ferme alors que les syndicats demandent une taxation plus forte des contrats courts. "Nous ne comprenons pas cette demande", a-t-elle déclaré.