Electricité : une hausse des prix en trompe l’oeil

  • A
  • A
Electricité : une hausse des prix en trompe l’oeil
Malgré les hausses récentes, le prix de l'électricité n'est pas si haut en France.@ MAXPPP
Partagez sur :

ZOOM - Si le tarif de l’électricité augmente ces dernières années, il reste beaucoup plus bas qu’il y a trente ans et que chez nos voisins européens.

L’INFO. 5%, peut-être un peu moins ? Les spéculations vont bon train sur la hausse de l’électricité qui sera appliquée cette année. Le gouvernement prévoit un nouveau décret pour l’automne qui devrait limiter la hausse en prenant en compte les prix du marché mondial. Il n’empêche, la note devrait être à nouveau salée. L’inquiétude est d’autant plus présente que le parc nucléaire français risque de coûter très cher dans les prochaines années selon les derniers rapports publiés sur le sujet. La France assiste-t-elle à une explosion du prix de son électricité ? Europe1.fr a pris un peu de recul pour estimer l’importance du phénomène.

2013 et 2014 : des hausses inédites. Si l’on regarde l’augmentation des tarifs de l’électricité sur les années récentes, le constat est simple : la hausse est très importante. En 2013, elle avait été de 5%. Initiallement, une augmentation similaire avait été décidée pour l’année en cours. Ségolène Royal, récemment nommée la ministre de l’Environnement, avait rapidement remis en cause le niveau de cette hausse. Aujourd’hui, sans que l’on connaisse précisément sa nature, il semble inévitable qu’elle soit certes moins forte que prévue, mais néanmoins importante.

>> A LIRE AUSSI - Electricité : Valls précise la future "hausse des prix"

Quoi qu’on en dise, elle est de toute façon largement au dessus du niveau d’inflation de ces dernières années. En 2013, l’augmentation moyenne des prix à la consommation sur l’année se situait en effet à 0,9% et les prévisions pour 2014 estiment qu’elle devrait être encore plus faible.

De plus, il important de préciser que sur les trente dernières années, les modifications positives ou négatives du prix de l’électricité dépassaient rarement les 2%. Seules les années 1987 et 1999 ont connu des changements importants, mais ils s’étaient faits à l’avantage des consommateurs, avec des baisses respectives de 4,1% et 5,6% du prix de l’électricité (à euros constants 2010).

Des prix pas si hauts. Malgré les hausses récentes, il est cela dit intéressant de prendre du recul sur une période plus longue. Si le prix de l’électricité augmente ces dernières années, il ne revient en réalité qu’à ce qui était pratiqué au début des années 2000.



Si l’on étudie une période encore plus longue, on s’aperçoit même que ce qu’on croit être cher aujourd’hui n’est en fait quasiment rien par rapport à ce que nos parents ont pu payer il y a trente ou quarante ans. A titre de comparaison, selon les données de l’Observatoire de l’Industrie Electrique, un abonnement pour une consommation de 1,7 MWh coûte un peu plus de 160 euros aujourd’hui quand il était à près de 250 euros en 1984.



La France épargnée. Il faut également noter que l’explosion des prix reste toute relative par rapport à ce que nos voisins européens doivent acquitter chaque mois pour la lumière dans leur cuisine. La France, malgré les hausses, reste l’un des pays du continent où l’électricité est la moins chère.



Selon les données du ministère du Développement durable, en 2012, la France était classée seconde en terme de prix de l’électricité en Europe. Avec un kilowattheure à 13,59 euros, elle se situait derrière la Finlande et ses 13,17 euros, mais bien loin devant Malte et ses 61,61 euros. Plus largement, l’Hexagone faisait bonne figure par rapport à la moyenne continentale située à 21,02 euros.
sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

CONSO - Electricité : la nouvelle hausse sera bien limitée

DECISION - Non, la voiture électrique n'est pas "écologique"

CONSO - Electricité : Valls précise la future "hausse des prix"

CONSO - Coupures d'électricité : des abus ?