Edouard Martin : "Ayrault nous a trahis"

  • A
  • A
Edouard Martin : "Ayrault nous a trahis"
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Edouard Martin, leader de la CFDT d'ArcelorMittal Florange, ne lâche pas prise.

"J’ose espérer que ce n’est qu’une étape car, pour moi, le dossier Florange n’est toujours pas refermé et la demande que nous faisons et que nous continuons à faire au président de la République, c’est qu’il faut qu’il solde le dossier de Florange et qu’il le solde en sortant par le haut". Le ton est donné, les métallurgistes d’ArcelorMittal ne baissent pas les bras et espère toujours sauver leur usine, qui doit faire l’objet d’investissements pour favoriser la recherche.

02.12.Florange.arcelorMittal.Reuters.930.620

© REUTERS

Invité jeudi matin d’Europe 1, le leader de la CFDT d'ArcelorMittal Florange, Edouard Martin a estimé qu’il "y a encore une fenêtre de tir, c’est le projet de captage de CO2 (baptisé Ulcos, ndlr), il y encore une possibilité de sortir de manière honnête et c’est là-dessus qu’on l’attend". "C’est une histoire humaine, l’histoire de Florance. Il y a 3.000 familles qui vivent grâce à cette usine et il y a beaucoup de travailleurs qui sont dans l’angoisse", a-t-il ajouté.

• Montebourg salué, Ayrault brocardé. Edouard Martin a une vision très contrasté de l’action du gouvernement. Jean-Marc Ayrault, "c’est celui qui nous a trahis le 30 novembre au soir lorsqu’il parle à la télé (et écarte une nationalisation du site de Florange, ndlr)", a taclé l’auteur du livre Ne lâchons rien.

27.09 Arcelor Mittal Florange Arnaud Montebourg. 930620

© REUTERS

Le leader CFDT est en revanche bien plus clément avec le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. "De temps en temps on s’envoie un petit texto pour essayer de voir comment évolue le dossier parce que je ne suis pas du genre à lâcher prise". Quant à François Hollande, il a droit à une certaine compréhension : "j’ai toujours la faiblesse de croire que François Hollande est quelqu’un d’honnête".

Florange victime d’affaires internes au gouvernement ? "J’ai malheureusement peur d’avoir compris : c’est qu’il y a eu des règlements de comptes politique. Jean-Marc Ayrault a réglé le compte de Florange mais en même temps il a essayé de régler le compte de Montebourg", a accusé le syndicaliste. Ce dernier refuse néanmoins de sombrer dans le cynisme : "de mon point de vue, j’ai toujours la faiblesse de croire qu’ils sont là pour défendre et maintenir l’intérêt général, l’intérêt d’un pays. Et puis là il y a eu des règlements de comptes entre personnes et c’est terrible pour nous".

hollande florange

© MaxPPP

Le dossier "suivi par le gouvernement". Le ministre de l'Economie et des Finances, Pierre Moscovici, l’a assuré mardi à l'Assemblée nationale : "tout cela est suivi (...) par le gouvernement" et "est suivi sur le terrain, à travers des discussions qui se poursuivent" et "le gouvernement veille au respect des engagements".

"Maintenant nous attendons la façon dont seront traduits également ces engagements de recherche sur la filière d'investissement d'aciers d'avenir d'ArcelorMittal et c'est pour dans quelques semaines maintenant", a-t-il ajouté.