EDF : recul du chiffre d'affaires 9 mois, plombé notamment par l'Italie

  • A
  • A
 EDF :  recul du chiffre d'affaires 9 mois, plombé notamment par l'Italie
Le géant français est dans la tourmente après le recul de son chiffre d'affaires. @ AFP
Partagez sur :

Le géant de l'électricité a dévoilé mardi de mauvais chiffres concernant son chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois, en recul par rapport à 2016.

EDF a annoncé mardi un recul de 4,3% de son chiffre d'affaires sur les neuf premiers mois de l'année, à 49,7 milliards d'euros, ayant notamment souffert en Italie et bénéficié d'une base de comparaison moins favorable en France.

Une régularisation tarifaire pas renouvelée en 2017. Sur la période allant de début janvier à fin septembre, EDF a enregistré un chiffre d'affaires de 49,7 milliards d'euros, soit un recul de 3,2% à périmètre et change comparables. L'électricien avait profité l'an dernier d'une régularisation tarifaire en France à la suite d'une décision du Conseil d'Etat, événement qui ne s'est pas reproduit cette année, rappelle-t-il dans son communiqué. En France, les activités de production et commercialisation ont ainsi reculé de 3,6% à 25,364 milliards d'euros sur neuf mois. Sans prendre en compte la régularisation tarifaire enregistrée l'an dernier, le chiffre d'affaires progresserait de 0,2% en organique.

Chute de 10,6% en Italie. La production nucléaire dans le pays à fin septembre a aussi reculé de 1,3% à 283,3 térawattheure (TWh) du fait d'un volume d'arrêts de réacteurs plus important. La fermeture de la centrale du Tricastin avait d'ailleurs récemment contraint EDF à revoir ses prévisions de production pour cette année. En Italie, le chiffre d'affaires a chuté de 10,6% à 7,215 milliards d'euros, "compte tenu notamment de l'impact défavorable lié aux dérivés de couverture gaz, sans impact sur la marge", indique le groupe.

Au Royaume-Uni, où le groupe est bien implanté via sa filiale EDF Energy, le chiffre d'affaires a aussi chuté de 9,5% à 6,189 milliards d'euros, pénalisé par une baisse des prix du nucléaire.