Écotaxe : la FNSEA veut une exonération "pour toute la filière agricole"

  • A
  • A
Écotaxe : la FNSEA veut une exonération "pour toute la filière agricole"
Partagez sur :

Xavier Beulin, son président, a estimé sur Europe 1 qu'"il faut savoir mettre un terme à ce genre de manifestation".

L'INFO. Alors que le mouvement des bonnets rouges en lutte contre l'écotaxe continue d'enflammer la Bretagne, Xavier Beulin, le président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), a tenu à se désolidariser de leurs actions, jeudi matin sur Europe 1. "Il y a une exaspération aujourd’hui. C’est vrai qu’elle prend parfois des formes un peu violentes. Je ne les soutiens pas parce que je pense qu’il y a un moment pour manifester, il y a un moment pour discuter", a-t-il souligné.
 

>> A lire aussi : Les raisons de la fronde agricole en Bretagne

Ecotaxe : la FNSEA demande une exonération... Le premier syndical agricole ne le cache pas, il est opposé au projet d'écotaxe, en l'état. "Sur l’écotaxe, je demande au gouvernement d’annoncer une exonération pour toute la filière agricole : agroalimentaire, production, fourniture. Deuxièmement, il faut absolument que Bruxelles nous donne un coup de main. Bruxelles n’est pas là pour nous punir, Bruxelles est là pour apporter des solutions", a souligné Xavier Beulin. Et ce dernier d'ajouter : "On a besoin d’apaisement et de sérénité, on a aussi besoin de perspectives".

A ses yeux, "l’apaisement et la sérénité ne viendront que si on a quelques annonces fortes et symboliques, en particulier sur ce dossier de l’écotaxe, mais pas seulement" :

... mais ne soutient pas les bonnets rouges. Pour autant, le président de la FNSEA a estimé que le mouvement de bonnets rouges devait s'interrompre, le gouvernement ayant ouvert la porte des négociations. "Il y a une exaspération aujourd’hui. C’est vrai qu’elle prend parfois des formes un peu violentes. Je ne les soutiens pas parce que je pense qu’il y a un moment pour manifester, il y a un moment pour discuter. Le Premier ministre a proposé une négociation, une discussion, je demande d’ailleurs à y entrer", a déclaré Xavier Beulin.

"Ce que je demande, c’est qu’on prenne conscience que si nous ouvrons les discussions, il faut savoir mettre un terme à ce genre de manifestation. Pour autant, entendons bien le cri d’alarme qui est lancé par les agriculteurs et pas seulement : par les marins, par les chefs d’entreprises, par les salariés", a-t-il ajouté.
 

>> L'impunité des "bonnets rouges" fait polémique

Michel-Edouard Leclerc 930x620

Le patron des supermarchés Leclerc pas épargné. Michel-Edouard Leclerc, qui affiché son soutien au mouvement anti-écotaxe, doit lui aussi revoir sa copie aux yeux de Xavier Beulin. "Il y a un Breton célèbre qui s’appelle Michel-Edouard Leclerc, moi je lui demande de prendre aussi sa part de responsabilité. Il va être le grand bénéficiaire du contrat impôt compétitivité emploi (CICE). On parle de trois milliards pour la grande distribution. Je lui demande qu’il en renvoie à ses fournisseurs et en particulier évidemment aux paysans", a tenu à souligner le syndicaliste.

07.12 Bruxelles 930x620

© MaxPPP

Rouvrir la vanne à subventions de l'UE. Comme il l'a martelé un peu plus tôt, "Bruxelles n’est pas là pour nous punir, Bruxelles est là pour apporter des solutions". Et plus précisément, la FNSEA "demande au commissaire Ciolos, le Commissaire européen à l’agriculture, de faire un geste et de permettre à la France d’adapter son outil industriel. C’est vrai pour la volaille, c’est vrai pour d’autres productions : nous avons besoin d’un sas, d’un laps de temps, deux ans, trois ans, durant lesquels on amène encore des subventions à l’exportation."

Une aide que l'UE a de nouveau écarté mardi soir, par la voix du porte-parole du commissaire européen à l'Agriculture, estimant que l'agroalimentaire a déjà eu assez de temps et d'argent pour s'adapter. "Nous n'avons aucune raison de réintroduire les restitutions qui subventionnaient le secteur. La volaille restait le seul secteur agricole à en bénéficier en 2013, et la France a été de loin le principal destinataire de ces fonds entre 2003 et 2013", a-t-il prévenu dans un entretien accordé à L'Expansion.

&&&, à lire aussi

• ZOOM - Pourquoi les "bonnets rouges" ne sont-ils pas sanctionnés ?
• JUSTICE - Nouvelle enquête sur le contrat Ecotaxe avec Ecomouv'
• Ecotaxe : les "bonnets rouges" menacent, Garot résiste
• ARGENT - Les portiques détruits, ça va coûter cher
• SOCIAL - Une grogne sociale et nationale