EasyJet veut révolutionner le marché des navettes d'aéroport

  • A
  • A
EasyJet veut révolutionner le marché des navettes d'aéroport
@ Capture easybus.co.uk
Partagez sur :

TRANSPORTS - La compagnie low-cost lance le 15 mai easyBus, un service de navettes qui reliera le centre de Paris à l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle pour un prix de départ fixé à 2 euros.

Après s'être imposé dans les airs, EasyJet va tenter d'en faire de même sur les routes. La compagnie britannique low-cost, qui fait partie des meilleures compagnies low cost du monde, selon le classement 2014 établi par Skytrax, a en effet décidé de lancer à compter du 15 mai un service de navettes au départ du centre de Paris vers l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. 

80 trajets par jour. La compagnie britannique, qui a déjà éprouvé ce service avec les aéroports londoniens de Gatwick, Luton, et Stansted, et celui de Genève, en Suisse, vient donc s'implanter à Paris, avec une offre ultra-concurrentielle. Ses minibus de 16 places effectueront le trajet Paris (Palais du Louvre)-Roissy-Charles-de-Gaulle (aller-retour) 80 fois par jour, toutes les demi-heures. 

Des prix fluctuants attendus. Concrètement, il suffira de réserver sa place sur le site EasyBus. Les prix débuteront à deux euros, et fluctueront en fonction du taux de remplissage, de l'heure du voyage et de la date de réservation. Ainsi, il en coûterait de 11 à 14 euros mardi 21 avril pour rallier l'aéroport de Londres Stansted à Baker Street. La compagnie précise par ailleurs qu'aucune obligation de voyager sur Easyjet, ni même de prendre l'avion tout court, n'entoure cette offre de navette. 

Une offre de plus... Ce nouveau service vient s'ajouter à la longue liste des offres proposées aux voyageurs désireux de rallier l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle par le centre de Paris. Sur ce terrain, EasyJet va ainsi concurrencer Air France, qui propose une navette à 17 euros, le Roissybus de la RATP (11 euros), le RER B (10 euros), les bus 350 et 351 (6 euros), et bien sûr les taxis (plus ou moins cinquante euros) et les VTC (tarifs légèrement inférieurs aux taxis). Si les résultats sont à la hauteur des attentes d'EasyJet, la compagnie pourrait ensuite ouvrir une ligne vers l'autre aéroport parisien, Orly. 

Ecoutez la chronique de Daniel Fortin, mardi matin, sur Europe 1 :



Easyjet, le low cost sur terrepar Europe1fr