DSK en Grèce : une simple visite ?

  • A
  • A
DSK en Grèce : une simple visite ?
@ MAXPPP
Partagez sur :

L'ancien patron du FMI a été vu en compagnie d'une femme à Athènes, près du parlement.

Une seule certitude dans cette affaire : Dominique Strauss-Kahn était à Athènes mercredi. Mais pour quoi faire ? Etait-il un simple touriste, accompagné d'une "femme blonde élégante" comme le souligne le journal To Ethnos ? Ou bien est-il venu proposer ses services de conseiller économique aux dirigeants des partis qui forment le gouvernement de coalition, voire a-t-il été appelé à la rescousse en sa qualité d'ex-patron du FMI ?

Une soirée en discothèque

Les spéculations vont bon train, depuis que l'ancien directeur général du Fonds monétaire international a été vu dans la capitale grecque mercredi, quelques heures seulement après la grève générale. Accompagné d'amis parisiens, DSK a passé le début de la soirée au bar de son hôtel, dans le quartier de Plaka, avant de rejoindre le Rich club, une discothèque sélecte située en bord de mer, où il est resté jusqu'à 5 heures du matin.

Des photos publiées sur le site Tlife.gr le montre en compagnie du gérant de la discothèque. On y voit Dominique Strauss-Kahn vêtu d'une ample chemise grise, manches retroussées, et d'un pantalon de costume.

Proposer des "idées nouvelles"

Mais Dominique Strauss-Kahn n'aurait pas fait le voyage que pour prendre du bon temps loin de la France. Il y a moins d'une semaine, en marge d'une conférence au Maroc, il avait confié vouloir revenir aux affaires en proposant "des idées nouvelles", indispensables selon lui "pour avancer".

Évidemment, la Grèce peut en avoir besoin. En proie aux plans de rigueur successifs réclamés par la Troïka, les dirigeants grecs se retrouvent coincés entre la colère du peuple et l'obligation d'alléger leurs dépenses face à la pression des marchés et de l'UE.

Futur conseiller du gouvernement ?

Dominique Strauss-Kahn, disent certains journaux locaux, pourrait "devenir conseiller du gouvernement grec sur la stratégie à adopter face aux créanciers publics", relate Lefigaro.fr. Un retour aux affaires qui serait remarqué puisque parmi ces créanciers figure... le FMI, où Christine Lagarde a succédé à DSK.

Ce dernier jouit d'ailleurs d'une meilleure cote de popularité que l'ancienne ministre de l’Économie pour son action à la tête de l'institution économique mondiale. DSK avait tenté d'agir vite en Grèce lorsque la crise a éclaté. En vain. "La situation en Grèce aurait certainement été meilleure si l'Union européenne et le FMI avaient pu aider la Grèce plus tôt", a-t-il déclaré début avril, un mois avant de se faire arrêter par la police dans l'affaire du Sofitel de New York. 

Respecté par les hommes politiques à Athènes, Dominique Strauss-Kahn l'est beaucoup moins par le peuple grec. La rue lui reproche d'être responsable du plan de rigueur imposé au pays en échange d'un prêt de 110 milliards d'euros accordé par le FMI et l'UE pour qu'il s'en sorte.