Dominique Bussereau : "la SNCF doit payer !"

  • A
  • A
Dominique Bussereau : "la SNCF doit payer !"
Dominique Bussereau, ancien secrétaire d'Etat aux transports@ DR
Partagez sur :

VOTRE CHOIX D’ACTU DU 21 MAI – Les nouveaux TER étant trop larges, il va falloir raboter 1.300 quais pour un coût estimé à 50 millions d’euros .

Chaque jour avec "Votre choix d’actu", Europe 1 vous propose de définir un thème qui sera approfondi dans Europe midi – Votre Journal animé par Wendy Bouchard. Dès 9h, rendez-vous sur la page d’accueil d’Europe1.fr pour voter. Vous pouvez le retrouver sur www.europe1.fr/Info/Votrechoixdactu

>>> Mercredi 21 mai, vous avez été 72% à faire "Votre choix d’actu"  sur les nouveaux TER qui sont trop larges pour entrer dans certaines gares, avec à la clé des travaux importants à engager pour corriger cette erreur. Dominique Bussereau, président du conseil-général de Poitou-Charentes et surtout ancien secrétaire d’Etat aux transports, avouait dans Europe midi – Votre journal, avoir "cru à une blague" quand il a lu l’information dans le Canard Enchaîné.



Dominique Bussereau : "la SNCF doit payer !"par Europe1fr

Ce n’est pas la première fois. L’ancien secrétaire d’Etat évoque "une grosse bêtise". D’autant plus qu’il rappelle que "ce n’est pas la première fois". Il y a "quelques années", le même problème s’était posé avec la région Ile-de-France qui avait commandé des TER pour remplacer ses vieux trains. Il assène aussi que l’explication de Jacques Rapoport, président de Réseau Ferré de France, donnée mercredi matin au micro de Thomas Sotto "n’est pas une bonne explication". En effet, "gérer le gabarit des TER, c’est vieux comme le monde".

La SNCF responsable. Même si Dominique Bussereau explique que "ce n’est pas la SNCF qui a commandé mais les régions", il estime que ces dernières ne sont responsables en rien de l’erreur : "elles commandent sur plan" et la SNCF les avait assurées de "la bonne qualité" des trains. Selon lui, "il doit y avoir, dans la maison SNCF, un certain nombre de responsabilités" qui doivent être prises. Il déclare d’ailleurs que "c’est à la SNCF de payer".

50 millions : un "chiffre bidon" ? Selon Dominique Bussereau le chiffre évoqué de 50 millions de travaux est "un chiffre bidon". Il ajoute qu’en matière ferroviaire, "l’unité n’est pas la dizaine mais la centaine de millions d’euros". En effet, en plus des travaux sur les quais, il va falloir envisager d’élargir les tunnels et de retravailler les courbes pour ne pas que les trains se touchent dans les virages. Selon lui, même s’il déplore cette solution, "c’est le contribuable qui va voir son prix de billet augmenter".