Disneyland, bonne affaire pour la France

  • A
  • A
Disneyland, bonne affaire pour la France
En 20 ans, Disneyland Paris est devenu la première destination touristique d'Europe.@ MAXPPP
Partagez sur :

En 20 ans, le site a généré 50 milliards d'euros de valeur ajoutée pour l'économie française.

L'implantation du royaume de Mickey et Cendrillon a profité à la France. C'est la conclusion du bilan officiel du projet Disneyland Paris, et ce depuis l'ouverture du premier parc, le 12 avril 1992. En 20 ans, le site a généré 50 milliards d'euros de valeur ajoutée pour l'économie française, note une étude de la délégation interministérielle au projet Euro Disney, qui salue le "rôle moteur de Disneyland Paris".

L'investissement public initial de 666 millions d'euros, destiné notamment à créer des interconnexions TGV et des RER, avait été décrié à l'époque. "La somme a été décuplée en 20 ans par l'investissement privé", qui a été de 7 milliards d'euros.

250 millions de visiteurs en 20 ans

"Chaque fois que le secteur public a investi un euro, le secteur privé en a investi 10, alors que l'habitude est plutôt un ration de 1 pour 4 dans la petite couronne", résume Philippe Gas, PDG d'Euro Disney. Principaux bénéficiaires de cette manne financière : la région Île-de-France et la Seine-et-Marne.

En 20 ans, Disney, qui est devenu la première destination touristique d'Europe  a attiré plus de 250 millions de visiteurs. Pour la seule année 2011, ils étaient 15,7 millions, un record. "J'en suis un peu désolé, mais c'est devant le Louvre (8,4 millions de touristes en 2011) et la Tour Eiffel (6,6 millions)", relève Daniel Canepa, préfet de la région Île-de-France et délégué interministériel au projet.

Bonne affaire pour l’État

L'implantation de Disneyland Paris a aussi permis de doper l'attractivité de la destination France. 58% des visiteurs du site sont des étrangers, au premier rang desquels les Britanniques. Un tiers des étrangers venus visiter Disneyland ont également visité Paris pendant leur séjour. Et les touristes ne regardent pas à la dépense : en 20 ans, les visiteurs de Disneyland ont dépensé 59 milliards d'euros, dont plus de la moitié émanant d'étrangers. En tout, cela représente 6,2% des recettes en devises du tourisme en France entre 1992 et 2012.

Pour l’État, Disneyland Paris est aussi une bonne affaire : le site a généré depuis son ouverture 5,33 milliards d'euros de recettes fiscales, dont 4,5 milliards d'euros de TVA. Les 667 millions d'euros restants ont été versés aux collectivités locales sous forme d'impôts et de taxes.

Des comptes toujours dans le rouge

Le rapport souligne aussi que Disneyland a créé 55.000 emplois directs ou indirects en 20 ans, un emploi créé sur le site en générant trois ailleurs en France.

Seule ombre au tableau : les comptes d'Euro Disney, eux, sont toujours dans le rouge. Le groupe, bénéficiaire entre 1995 et 2001, est plombé par le remboursement d'une dette colossale, qui ne sera épongée qu'en 2024.