Disney propose aux actionnaires d'Euro Disney de racheter leur part

  • A
  • A
Disney propose aux actionnaires d'Euro Disney de racheter leur part
Euro Disney enchaîne depuis des années les restructurations financières pour réduire sa dette.@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

La maison mère veut tenter de régler les difficultés financières d'Euro Disney.

Le géant américain des médias et du divertissement Disney prévoit, afin de tenter de régler les difficultés financières d'Euro Disney, de réinjecter massivement de l'argent dans le groupe et offre aux petits actionnaires une porte de sortie.

Deux euros l'unité. The Walt Disney Company, qui prépare une recapitalisation pouvant aller jusqu'à 1,5 milliard d'euros, a déjà racheté 90% des parts détenus par Kingdom Holding Company dans Euro Disney, portant ainsi sa participation de 76,7% à 85,7%, indique un communiqué. La maison mère va désormais "lancer une offre publique d'achat sur la totalité des actions Euro Disney restant en circulation, suivie d'un retrait obligatoire si le seuil de 95% est atteint", ajoute le document. Le prix proposé, deux euros l'unité, représente une prime de 67% par rapport au cours de bourse de l'action Euro Disney à la clôture du marché le 9 février 2017.

Euro Disney première destination touristique privée en Europe. La recapitalisation qui suivra doit "permettre au groupe de poursuivre la mise en oeuvre des améliorations au sein de Disneyland Paris, de réduire son endettement et d'améliorer sa trésorerie". Première destination touristique privée en Europe, Euro Disney a enregistré une perte nette record en 2015/16, de 705 millions d'euros, en raison d'une baisse de fréquentation imputable aux attentats et à d'importantes dépréciations d'actifs.

Euro Disney tente de réduire sa dette. Même s'il a fait état vendredi d'une amélioration de son activité au premier trimestre de son exercice décalé entamé en octobre, avec notamment une hausse de 6% du nombre de visiteurs dans ses parcs à thème, Euro Disney enchaîne depuis des années les restructurations financières pour réduire sa dette. Le groupe avait déjà été recapitalisé en 2015 à hauteur d'un milliard d'euros par sa maison mère.