Devenir propriétaire : baisse historique de l'apport moyen

  • A
  • A
Devenir propriétaire : baisse historique de l'apport moyen
L'apport nécessaire pour acheter un logement a baissé de 10.000 euros en un an.@ JOEL SAGET/AFP
Partagez sur :

Pour la première fois depuis 2004, l'apport moyen pour acheter un logement a baissé. Mais le nouveau propriétaire achète plus tard, plus cher, et doit gagner davantage.

Bonne nouvelle pour les nouveaux propriétaires. Selon une étude du courtier en ligne Meilleurtaux.com dévoilée par Europe 1, l'apport nécessaire pour acheter un logement a baissé de 10.000 euros en un an, passant de 69.000 euros en 2014 à 57.735 euros cette année.

"C'est une conséquence directe de la baisse des taux", explique Maël Bernier, porte-parole du site. Les taux d'intérêt nominaux sont en effet historiquement bas sur les crédits immobiliers : un peu moins de 2,5% contre 3,5% l'an passé. De plus, il est désormais possible de bénéficier d'un prêt à taux nul ou très faible auprès des collectivités locales pour compléter son emprunt principal.


"Cela veut dire d'abord que des gens ont pu rentrer sur le marché immobilier avec moins d'apport. Mais également que des gens qui étaient déjà éligibles à l'emprunt immobilier ont décidé d'aller moins piocher dans leur épargne", analyse Maël Bernier.

Et les chiffres parlent d'eux-mêmes : quand la moitié des Français avait réalisé son crédit avec moins de 27.000 euros en 2014, la même proportion l'a réalisé avec 20.000 euros en 2015. Le montant moyen du prêt est lui de 180.222 euros.

Toujours aussi difficile pour les jeunes et les plus modestes. Autre enseignement de l'enquête : l'âge moyen des emprunteurs augmente, de 37,6 ans aujourd'hui contre 37,4 ans en 2014. Le revenu net moyen des foyers qui contractent un crédit immobilier connaît la même progression. Il s'élève désormais à 5.316 euros par mois (5.237 euros en 2014).

Ce chiffre dépend néanmoins beaucoup de la région dans laquelle vous vous trouvez. A Montpellier, l'emprunteur moyen doit gagner 4.418 euros nets par mois, contre 8.215 euros pour un Parisien.