Dette : Barnier ne veut pas "un nouveau sursis" de Bruxelles

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le commissaire européen a insisté sur le fait que la France devait se mettre en condition pour tenir ses engagements.

Le commissaire européen chargé de l’agriculture, Michel Barnier, invité d'Europe 1 jeudi, a jugé qu’il fallait que la France se mette en condition pour réussir à tenir ses engagements en matière de réduction des déficits. “Je ne crois pas que la France doive demander un nouveau sursis. Je pense qu’elle est capable de ne pas le demander”, a insisté l’ancien ministre UMP. “Ce n’est pas supportable que l’on ait 47 milliards d’euros à payer par an en France, soit plus que l’Education nationale, pour payer la dette”, a-t-il ajouté.

La France a obtenu deux ans supplémentaires, jusqu'en 2015, pour ramener son déficit public sous la barre des 3% du PIB. Mais le nouveau gouvernement français assure depuis une semaine sa volonté d'en adapter le "rythme", et entend négocier pour cela avec la Commission européenne.



Michel Barnier : "la France ne doit pas...par Europe1fr

La dette de la France. Michel Barnier a également insisté sur le fait que la dette française, et la question de sa résolution, était une question qui concernait bien la France et non pas l’Europe. “La dette française est une dette de la France, ce n’est pas Bruxelles qui l’a demandée. Ce n’est pas Bruxelles qui nous a demandé d’avoir une dette de 94% de notre PIB, de ne pas avoir de budget à l’équilibre depuis 40 ans. C’est notre problème et notre faiblesse. Nous devons le régler pour nous-mêmes et pour nos enfants”, a-t-il conclu.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

INFO E1 - Sécurité sociale : mais où Valls va-t-il trouver les 11 milliards ?

PORTRAIT - Christian Eckert : le franc-parler de gauche au Budget

PRESENTATIONS - Qui sont les nouveaux secrétaires d'Etat ?

PORTRAIT - Jouyet, l'ami de Hollande qui plaisait aussi à Sarkozy