Des libraires indépendants s’attaquent à Amazon

  • A
  • A
Des libraires indépendants s’attaquent à Amazon
@ Capture d'écran 1001libraires.com
Partagez sur :

1001libraires.com, lancé lundi, est le premier portail français de la librairie indépendante.

Face à l’écrasante domination d’Amazon, qui détient plus de 50% du marché français du livre en ligne, les libraires indépendants font de la résistance. Leur arme ? Le site 1001libraires.com, lancé lundi dernier. Cette plateforme offre les mêmes services que les mastodontes de l’ "e-librairie", comme la livraison à domicile, ou le téléchargement de livres numériques, et dispose d’une base de données de 80.000 titres, répartis dans quelque 300 librairies inscrites.

Et le "plus" sur lequel 1001libraires.com compte pour se démarquer, c’est la proximité, par la mise en relation des internautes-lecteurs avec leur libraire de quartier. Par le biais de la géolocalisation, en faisant connaître la librairie proche de chez eux, mais aussi par les conseils de libraires. Outre les œuvres qu’ils recommandent, les libraires délivrent également, gratuitement et par mail, des "conseils de lecture personnalisés". "Le libraire indépendant doit rester l’acteur le plus légitime dans la recommandation et la vente de livres", proclame le site.

"L'union fait la force"

Quelques unes des 2.500 librairies indépendantes qui émaillent le réseau français, très fourni, ont leur site web. Mais, outre les facilités techniques, 1001libraires.com, par la mise en commun des moyens, permettra, selon Matthieu de Montchalin, membre du site et propriétaire de l’Armitière, à Rouen de hisser les indépendants "au même niveau que les grands groupes qui viennent draguer nos clients". "C’est le principe de l’union fait la force", ajoute-t-il.

Assez pour concurrencer Amazon, premier acteur du e-commerce en France, ou d’autres poids lourds du secteur comme la Fnac ou PriceMinister ? En plein développement du e-commerce, le lancement du site semble être une tentative de rattraper le train en marche. "Une librairie qui n’est pas en ligne se retrouve avec 5% de son chiffre d’affaires pris par les grands acteurs comme Amazon", explique Guillaume Husson, délégué général du Syndicat de la librairie française, à Europe1.fr.

Mais Guillaume Husson ne se fait pas d’illusion : "le site n’ambitionne pas de prendre des parts de marché à Amazon", plutôt de permettre aux libraires "d’éviter d’en perdre au bénéfice" du mastodonte. Une stratégie défensive appuyée par Matthieu de Montchalin : "je n’imagine pas que je vais voler une brassée de clients à Amazon, mais je veux sauver mon chiffre d’affaires", affirme-t-il à Europe1.fr.

Ne pas rater le livre numérique

Les libraires indépendants ont déjà raté le coche de la vente de livres (papier) en ligne : Amazon, fort de ses plus de 11 millions de visiteurs uniques en janvier dernier, existe par exemple depuis 11 ans. Ils ne veulent pas avoir le même retard dans le domaine du livre numérique : "il nous fallait un site capable de discuter avec les grands acteurs du secteur comme Apple ou Google", estime Matthieu de Montchalin.

Si écraser Amazon semble utopique, le sympathique outsider 1001libraires.com peut au moins espérer atteindre l’équilibre financier. Pour y parvenir, le site doit capter 7 % du chiffre d’affaires de la vente en ligne de livres en France, ce qui représente environ 10 millions d’euros.