Des fonctionnaires toujours plus nombreux, mais…

  • A
  • A
Des fonctionnaires toujours plus nombreux, mais…
@ PASCAL PAVANI/AFP
Partagez sur :

EMPLOI - Le nombre de fonctionnaires a continué d’augmenter en 2014, mais pas partout : si l’Etat a réduit ses effectifs, les collectivités territoriales ont continué d’embaucher.

Fin 2014, la France employait 5,43 millions de fonctionnaires. Un chiffre qui grimpe à 5,64 millions si on inclut les contrats aidés. Après une légère baisse en 2010 et 2011, les effectifs de la fonction publique ont augmenté en 2014 et, comme en 2013, c’est du côté des collectivités territoriales que les embauches ont été les plus nombreuses. L’Etat central poursuit en revanche son régime minceur avec des effectifs en baisse de 0,4%. Au total, près de 20% des actifs travaillent dans la fonction publique.

L’Etat réduit la voilure. Après les baisses d’effectifs prônées par Nicolas Sarkozy, François Hollande a fixé en 2012 un nouveau cap : stabilisation du nombre de fonctionnaires, les hausses d’effectifs dans certains ministères jugés prioritaires devant être compensées par ailleurs. Si ce contrat n’avait pas été respecté en 2013 (+,05%, hors contrats aidés), il l’a été en 2014. Voire même plus que prévu, puisque les effectifs de la fonction publique d’Etat ont baissé de 0,4% en 2014, hors contrats aidés.  

Dans le détail, ce sont les ministères de la Défense et de l'Écologie qui ont été le plus mis à contribution, afin de compenser les embauches dans les secteurs jugés prioritaires : l’Education, la Justice et l'Intérieur, principalement au sein de la police et de la gendarmerie.

Les collectivités territoriales continuent d’embaucher. Si l’Etat central arrive à stabiliser ses effectifs, l’évolution est plus inquiétante du côté des collectivités territoriales. Car comme en 2013, ce sont les communes, intercommunalités, départements et régions qui ont le plus embauché en 2014 : les effectifs ont augmenté de 0,8%, et même de 1,5% si on inclut les emplois aidés. Plus précisément, la hausse est la plus marquée dans les communes, avec une hausse des effectifs de 1% hors contrats aidés (1,8% en les incluant).

Cette évolution inquiète à double titre. D’abord parce que la création des intercommunalités devait permettre de mutualiser les moyens et de stabiliser les effectifs, donc les dépenses. Ensuite parce que l’Etat central a prévu de réduire les dotations, rigueur oblige. En clair, les sommes que l’Etat verse aux collectivités territoriales vont baisser. Rattrapées par l’austérité, ces dernières vont donc devoir soit réduire leurs dépenses, soit augmenter les impôts locaux. Néanmoins, ce message commence visiblement à passer : 82% des collectivités territoriales et établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) n'envisagent pas de recruter en 2016 et 63% d'entre eux sont engagés dans une démarche de mutualisation, selon une enquête du CSA publiée mardi.

Les embauches ralentissent dans le secteur hospitalier. Si les effectifs ont continué de croître au sein de la fonction publique hospitalière, c’est à un rythme bien plus modeste : +0,7% en 2014, hors contrats aidés, après une hausse de 1,4% en 2013. C’est néanmoins dans ce versant de la fonction publique que les effectifs devraient continuer à croître en raison de l’inexorable vieillissement de la population et de la multiplication des soins qu'elle implique.