Délits d’initiés chez EADS : tous les acteurs mis hors de cause

  • A
  • A
Délits d’initiés chez EADS : tous les acteurs mis hors de cause
Partagez sur :

L'Autorité des marchés financiers enquêtait au total sur dix-sept personnes physiques et trois sociétés.

Le gendarme de la Bourse, l’AMF, a décidé jeudi de mettre "hors de cause" tous les protagonistes cités dans l’affaire de délits d’initiés chez EADS. Cette décision concerne 17 anciens ou actuels responsables de la maison-mère d’Airbus ainsi que trois sociétés, EADS, Daimler et Lagardère (propriétaire d’Europe 1). Colette Neuville, la présidente de l'Association de défense des actionnaires minoritaires, a dénoncé "un véritable scandale".

Retour sur les faits : les personnes ou sociétés visées étaient suspectées de s'être enrichies indûment en 2005 et 2006 en vendant leurs actions EADS, juste avant que la valeur de l’action ne plonge. Elles auraient eu, pour cela, connaissance d’informations qui n’étaient pas encore publiques sur les retards du programme A380, les changements dans le projet A350 ou encore sur des perspectives financières plus sombres que prévu.

Dans cette affaire, le rapporteur de l’AMF avait lui préconisé des sanctions. En juillet dernier, il avait notamment demandé une amende de 5,45 millions d'euros pour Noël Forgeard, l’ancien président d’EADS qui avait réalisé une plus-value de 3,7 millions. Il s'est "réjoui" jeudi soir de la décision du gendarme de la Bourse.

Des sanctions avaient aussi été demandées contre six autres personnes et contre le groupe EADS, menacé d'une amende de 700.000 euros. Dans ce type d’affaire,les amendes peuvent aller jusqu’à dix fois les profits réalisés.

Une enquête judiciaire est par ailleurs toujours en cours. Cinq personnes, dont Noël Forgeard, restent mises en examen. Les conclusions du gendarme de la Bourse seront versées au dossier. En attendant cette décision au pénal, Colette Neuville, la présidente de l'Association de défense des actionnaires minoritaires, a dénoncé "un véritable scandale", a déclaré jeudi à Reuters la présidente de l'Association de défense des actionnaires minoritaires.