De grands patrons soumettent à Macron un "Pacte européen"

  • A
  • A
De grands patrons soumettent à Macron un "Pacte européen"
Emmanuel Macron s'est posé lors de la campagne présidentielle en défenseur de l'Union européenne.@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

Dans une lettre, les quatre organisations ou associations patronales appellent notamment le nouveau président à renforcer "la visibilité et la gouvernance du projet européen".

Quatre organisations ou associations patronales ont appelé mardi le président élu Emmanuel Macron à lancer une "grande initiative française" dans le domaine de la construction européenne, critiquée au cours de la campagne présidentielle.

"Pacte européen". Les dirigeants du Medef, de l'Afep (Association française des entreprises privées), du Groupe des fédérations industrielles (GFI) et du Cercle de l'industrie, association réunissant des dirigeants de grands groupes français, ont envoyé un courrier au président élu lui proposant un "Pacte européen", à l'occasion de la Journée de l'Europe. "Nous savons votre engagement pour l'Europe et votre capacité à redonner vie au projet européen dans un monde en perpétuel changement, plein de menaces mais aussi d'opportunités", écrivent-ils dans cette lettre transmise à l'AFP.

Renforcer "la visibilité et la gouvernance du projet européen". Emmanuel Macron s'est présenté lors de la campagne présidentielle comme un défenseur de l'Union européenne, face à Marine Le Pen qui proposait une sortie de la zone euro, une éventualité qui effrayait les milieux économiques. "L'Europe ne sera forte que si la France assume la place qui est la sienne dans l'Union et la France a besoin pour rayonner d'une Europe compétitive et solidaire", écrivent les signataires de ce Pacte. Le document appelle tout d'abord à renforcer "la visibilité et la gouvernance du projet européen", en réconciliant le Parlement européen, les parlements nationaux et les régions.

Arrêter les limites de l'UE. Par ailleurs, les signataires demandent d'arrêter les limites de l'Union "pour éviter le caractère anxiogène de l'élargissement permanent", et d'affirmer l'UE comme une grande puissance économique en la dotant d'un "arsenal de défense commerciale réellement dissuasif". Ils plaident aussi pour la mise en place d'un Parlement de la zone euro et la "convergence budgétaire, fiscale et sociale" et appellent enfin à "renforcer le Mécanisme Européen de Stabilité" pour "être prêt à assumer les conséquences d'une éventuelle crise".