Dans le sillage du Puy du Fou, les parcs d’attraction français ont le sourire

  • A
  • A
Dans le sillage du Puy du Fou, les parcs d’attraction français ont le sourire
Les parcs français voient grand pour 2017.@ JOEL ROBINE / AFP
Partagez sur :

Le Puy du Fou a présenté mardi ses ambitions pour les années à venir. Le parc vendéen se porte très bien, comme la plupart des grands parcs d’attraction français.

Attractions, restaurants, hôtel et même nouveaux parcs : le Puy du Fou est ambitieux pour son développement futur. A raison puisque ses résultats annuels sont positifs. Plus globalement, c’est tout le secteur des parcs d’attraction qui se porte bien en France. A ce titre, 2017 s’annonce comme une année charnière pour les quatre grands parcs hexagonaux puisque, curiosité du calendrier, trois d’entre eux fêtent un anniversaire : 40 ans pour le Puy du Fou, 30 ans pour le Futuroscope et 25 ans pour Disneyland Paris. Avec à la clé de nouvelles attractions et ambitions pour l’avenir.

Puy du Fou : trois nouveaux parcs dans le viseur

Alors qu’il souffle ses 40 ans cette année, le parc du Puy du Fou ne semble pas près de céder à la crise de la quarantaine. Le complexe vendéen a accueilli 2,2 millions de visiteurs en 2016, 8% de plus qu’en 2015. Dans le même temps, son chiffre d’affaires a bondi de 21% et atteint pour la première fois le chiffre symbolique de 100 millions d’euros.

200 millions d’investissement d’ici à 2025. "En cinq ans, le parc a doublé son chiffre d'affaires et le nombre de visiteurs a lui progressé de 30% en trois ans", s'est félicité Nicolas de Villiers, président du Puy du Fou, lors d'un point de presse à Paris. Il a précisé que le bénéfice du parc atteignait désormais "8 à 9% du chiffres d’affaires". Grâce à la trésorerie accumulée, le Puy du Fou envisage désormais un investissement "record" de 30 millions d’euros en 2017 et 200 millions d’ici à 2025.

Puy du Fou 1280

© FRANK PERRY / AFP


Attirer la clientèle internationale. Des dépenses qui serviront à élaborer dès cette année deux nouveaux spectacles, à ouvrir deux nouveaux restaurants et un hôtel supplémentaire, le cinquième, d’inspiration médiévale. Au total, le Puy du Fou vise les 2.000 lits pour accueillir ses visiteurs. Ces derniers viennent à 86% de France et à 14% de Belgique, Grande-Bretagne et Pays-Bas. L'objectif du parc est "d'attirer davantage la clientèle internationale, notamment la clientèle chinoise", souligne Nicolas de Villiers.

Trois parcs dans le monde. Sûr de sa force, le groupe envisage maintenant "d'ouvrir trois parcs Le Puy du Fou dans le monde d'ici à 10 ans". Un en Espagne, dans la région de Tolède, avec une ouverture prévue en 2021, et un autre en Chine, un "marché complexe", à horizon 2025. Dans les deux cas, les parcs retraceront l’histoire des pays en question à travers des spectacles et des complexes hôteliers à thème, sur le modèle du Puy du Fou français.

Disneyland Paris : Mickey cherche un second souffle

Le plus important parc d’attraction français continue de connaître des difficultés. A cause notamment des attentats de 2015, Disneyland Paris a vu sa fréquentation baisser de 10% entre 2015 et 2016. Un coup d’arrêt après la hausse de 4% observée entre 2014 et 2015. L’an dernier, Mickey et Donald ont accueilli 13,4 millions de visiteurs, ce qui en fait toujours le premier site touristique de France, malgré tout.

Disneyland Paris 1280

© BERTRAND GUAY / AFP


Difficultés financières. Logiquement, la baisse de la fréquentation se traduit par un bilan financier maussade en 2016. Le chiffre d’affaires d’Euro Disney s’établit à 1,28 milliard d’euros, en baisse de 7% par rapport à 2015. En conséquence, le résultat d’exploitation affiche un déficit de 242 millions d’euros et le résultat net touche le fond à -858 millions. Un bilan qui ne permet pas à Disneyland Paris de résorber ses dettes, au point que la maison mère Disney a dû se porter au secours des petits porteurs en proposant de racheter leurs actions.

Un anniversaire en fanfare. "Cette année a été exceptionnellement difficile pour Disneyland Paris", selon Catherine Powell, présidente d’Euro Disney, qui tient malgré tout à rester positive. "Notre 25ème anniversaire sera une étape importante pour le Groupe et nous sommes impatients de partager de nouvelles expériences uniques et magiques avec nos visiteurs." Pour l’occasion, Disneyland Paris lancera le 26 mars un nouveau spectacle nocturne, une parade et de nouveaux divertissements, parmi lesquelles deux "mises à jour" d’attractions sur le thème de Star Wars.

Parc Astérix : les Gaulois résistent encore et toujours

Dans l’Oise, un village peuplé d'irréductibles Gaulois résiste encore et toujours… non pas à l’envahisseur mais à la morosité économique ambiante. En 2016, le Parc Astérix a vécu une troisième année consécutive de croissance économique avec un chiffre d’affaires de 82,5 millions d’euros, en hausse de 3% par rapport à 2015.

Fréquentation stable. Une dynamique un peu ternie par la fréquentation qui a stagné à 1,85 million de visiteurs. Le Parc Astérix n’est désormais plus sur le podium des parcs d’attraction les plus fréquentés de France, dépassé par le Futuroscope. Néanmoins, la hausse du chiffre d’affaires malgré le manque de renouvellement des visiteurs semble indiquer que le parc, géré par la Compagnie des Alpes (également propriétaire de plusieurs parcs d’attraction, notamment le Futuroscope, du musée Grévin et de domaines skiables) parvient à trouver des relais de croissance ailleurs que dans la fréquentation.

Parc Astérix 1280

Inciter les visiteurs à rester. L’objectif du Parc Astérix est désormais d’opérer une transformation en parc de destination, et non plus seulement de loisirs. "Le parc est en passe de devenir une destination vraiment à part entière avec un agrandissement important de sa zone hôtelière et une offre d’attractions et de spectacles toujours plus diversifiée. En témoignent l’ouverture en 2017 de 50 nouvelles chambres d’hôtel et d’une attraction unique en Europe", précisait Nicolas Kremer, Directeur Général du Parc Astérix, lors de l’annonce des résultats en octobre dernier.

Élargir la clientèle. L’attraction en question, Pégase Express, est décrite comme "une attraction avec des sensations pour petits et grands Gaulois". Au total, le Parc Astérix envisage d’investir 200 millions d’euros en dix ans afin d’atteindre et dépasser la barre des deux millions de visiteurs annuels. Pour cela, il lui faudra séduire une clientèle internationale aujourd’hui peu présente : 90% des visiteurs sont français.

Futuroscope : de record en record

Le Futuroscope n’en finit plus de grimper. Depuis le changement d'actionnaires en 2006, le parc d’attraction futuriste et technologique situé non loin d’Angers enchaîne les années record. En 2016, 1,9 million de visiteurs ont déambulé dans les allées du parc, 80.000 de plus qu’en 2015. Surtout, le chiffre d’affaires continue de croître : +13% en 2015 et +5% en 2016. Il atteint désormais 101 millions d’euros, un record qui lui offre la deuxième place des parcs d’attraction français, en termes de recettes.

Le Futuroscope 1280

Après le drame du 14 juillet et la prolongation de l'état d'urgence, le Futuroscope va renforcer la sécurité du parc. © GUILLAUME SOUVANT / AFP


Objectif deux millions de visiteurs. "Le Parc s’impose comme une destination de courtes vacances à part entière, fruit d’une offre plus fun et plus festive, en adéquation avec sa cible familiale", soulignait Dominique Hummel, président du directoire du Futuroscope, le 2 février dernier. Le parc vise désormais la barre des deux millions de visiteurs d’ici à 2018. Pour fêter son 30ème anniversaire, en mai, le Futuroscope ne mise en revanche pas sur le spectaculaire : une journée en présence de personnalités est prévue, et une autre en présence de tous les anciens salariés du parc.

Continuer d’innover. Pour autant, le Futuroscope ne compte pas abandonner son créneau pour autant : l’innovation. Le parc poitevin propose chaque année de nouvelles attractions pour ses visiteurs, afin de les inciter à revenir régulièrement. Cette année, trois événements sont au programme. D’abord, la pérennisation de l’attraction "Extraordinaire voyage", proposée en avant-première à Noël. Cette immersion inspirée du Tour du Monde en 80 Jours de Jules Verne représente le plus gros investissement du Futuroscope depuis 15 ans (12,5 millions d’euros). Puis viendront un nouveau spectacle mêlant magie et technologie et une exposition sur le thème des villes du futur.