Croissance nulle au premier trimestre

  • A
  • A
Croissance nulle au premier trimestre
La croissance de l'économie française a été nulle au premier trimestre 2012.@ REUTERS
Partagez sur :

La croissance française du début d'année est dans la continuité de la fin de l'année 2011.

Consommation atone, production au ralenti et investissements en berne : la combinaison de ces facteurs a produit une croissance nulle au premier trimestre 2012 en France, dans la continuité de la fin de 2011, selon l'Insee. La croissance du PIB au quatrième trimestre 2011 a même été revue à la baisse, de 0,2% à 0,1%. Pour l'ensemble de l'année 2011, le chiffre de la croissance, 1,7%, est toutefois maintenu.

Des exportations au ralenti

Dans le détail, l'Insee note que sur les trois premiers mois de l'année, les dépenses de consommation des ménages se sont avérées "peu dynamiques", en progression de 0,2%, après 0,1% au trimestre précédent. L'investissement, lui, s'est carrément replié de 0,8%, après une hausse de 1,3%. Au total, la demande intérieure n'a donc contribué que de 0,1 point de pourcentage à la croissance du PIB, alors que cette contribution s'établissait à 0,3% fin 2011.

Pour le commerce extérieur, l'Insee relève des importations en hausse de 0,7%, après une baisse de 1,4% fin 2011. Les exportations ont quant à elles ralenti, avec seulement 0,3%, contre 1,1% au quatrième trimestre 2011. Le solde extérieur apporte ainsi une contribution négative à l'évolution du PIB, avec -0,1 point, après +0,7 points.

L'arrêt de certaines usines se fait sentir

La production, elle aussi, tourne au "ralenti". Pour les biens et services, elle est "quasi-stable", mais pour les biens manufacturés uniquement, elle s'est repliée de 0,8%, après une hausse de 0,3%. En cause, notamment : le raffinage, en raison de l'arrêt de certaines usines. En revanche, la production d'énergie s'est redressée de 2,1%, sous l'effet de la période de grand froid de février.

Dans le même temps, l'Allemagne a publié des résultats meilleurs qu'attendus, avec un PIB en progression de 0,5% au premier trimestre, après une baisse de 0,2% fin 2011.