Croissance : les raisons de la bonne surprise

  • A
  • A
Croissance : les raisons de la bonne surprise
Parmi les bons résultats de l'économie française, on trouve l'augmentation de la consommation des Français.@ MAX PPP
Partagez sur :

DU CONCRET - Derrière les indicateurs économiques, on trouve les bons résultats de l’économie réelle au quatrième trimestre.

L’INFO. Dans ce contexte économique morose, vous ne l’avez peut-être pas remarqué dans votre quotidien, pourtant l’économie a montré des signes positifs ces derniers mois. Selon l’Insee, la croissance en 2013 a été de 0,3%,  une bonne surprise marquée en fin d'année par un rebond espéré depuis longtemps de l'investissement et un soutien du commerce extérieur. Pas de quoi s’enflammer a priori, il n’empêche, ce résultat est supérieur à ce qui était prévu à la fois par l’institut statistique et par le gouvernement. Derrière ce résultat positif, c’est l’économie réelle qui a repris des couleurs sur la fin de l’année. Au quatrième trimestre, quasiment tous les indicateurs étaient au vert. Mais concrètement que représentent ces chiffres ?

>>> Europe1.fr décrypte pourquoi l’économie se porte (un peu) mieux.

On a plus produit. De manière générale, la France a produit plus de biens en 2013 qu’en 2012. La fin de l’année n’a pas démenti cette tendance. Après un troisième trimestre décevant, la production totale de biens et de services est repartie à la hausse. Si le secteur pétrolier ne s’est pas très bien porté, le commerce (+0,4% après +0,1%) et la construction (+0,5% après -0,3%) ont été les moteurs de la production de la fin d’année.  

On a plus consommé. Élément central de la croissance française en 2013 : la consommation des ménages a encore progressé au quatrième trimestre. Sur l’année, c’est le seul indicateur qui a été constamment dans le vert. La fin de l’année ne dément pas cette progression alors que les secteurs de l’alimentation, de l’automobile et de l’équipement se portent bien.

Ces bons résultats n’ont d’ailleurs pas été plombés par les récentes douces températures. Généralement, la consommation d’énergie du dernier trimestre de l’année booste l’économie. Pourtant l’hiver clément n’a pas fait baisser la consommation d’énergie, qui stagnent par rapport à 2012.

Leger-mieux-pour-l-industrie-francaise

On a plus investi. Cela faisait près de deux ans que les chiffres de l’investissement étaient dans le rouge. Pour la première fois depuis, il a progressé au quatrième trimestre 2013 . Selon les études de l’Insee, les Français ont plus acheté des biens manufacturés (+1,1% comme au troisième trimestre), et notamment des véhicules.

On a plus exporté. C’est assez rare pour être souligné, le solde commercial de la France a été positif fin 2013. Concrètement, on a plus exporté qu’importé. Ce bon résultat est lié notamment au fait que les Français ont moins consommé de produits étrangers. On note par exemple un ralentissement de l’achat chez nos partenaires de produits agricoles, de véhicules et de pétrole. Dans le même temps, la plupart des biens manufacturés français se sont bien vendus à l’étranger.

Port de Marseille exportation exportations croissance

© Reuters

On a été un peu aidé par l’Insee. Les bons résultats d’une économie peuvent se juger grâce à des indicateurs, mais aussi grâce à la façon dont on les calcule. Il se trouve que dans ses résultats pour le quatrième trimestre l’Insee note qu’elle a révisé les résultats du premier et troisième trimestre.

Alors que les évolutions de la croissance avait été alors estimées à -0,1% pour chacun d’eux, l’Insee se ravise et estime aujourd’hui que la consommation a simplement stagné. Selon l’institut, ce sont des corrections liées aux coefficients de calcul qui sont en cause. Il n’empêche qu’ils ont aussi leur part de responsabilité dans la progression inattendu de la croissance française.

sur le même sujet, sujet,

ACTU - Meilleure croissance que prévue en 2013

INTERVIEW - Déficits : le gouvernement "un peu optimiste" (Migaud)

DU MIEUX - Le déficit commercial français en baisse de 9% en 2013

INTERVIEW - Le patron des PME : "enfin un peu de croissance !"