Croissance : la dynamique est (bien) là

  • A
  • A
Croissance : la dynamique est (bien) là
Partagez sur :

L’Insee a dévoilé ses prévisions de croissance pour la fin 2013. Sur l'année, notre économie devrait croître de 0,2%.

Le chiffre. Après avoir fait chauffer ses calculettes, l’Insee en est persuadé : la conjoncture économique va continuer de s’améliorer, même si la hausse est modeste. Dans son point de conjoncture, l’institut table en effet sur une croissance annuelle de 0,2%. Le gouvernement tablait, lui, en septembre sur une croissance de 0,1%. La différence est minime mais elle permet au gouvernement de s’épargner une révision du budget de l’Etat.

Un 3e trimestre de pause, un 4e plus dynamique. Dans le détail, "le PIB se stabiliserait au troisième trimestre, avant de progresser à nouveau au quatrième trimestre 2013 (+0,4%)", détaille l’Insee. Après un rebond surprise de la croissance au second trimestre (+0,5%), l’économie française devrait donc se stabiliser puis repartir à la hausse.

03.10.Prevision.croissance.INSEE.930.620

© INSEE

Les raisons de l’optimisme de l’Insee. L’organisme justifie ses prévisions par le retour dans le vert de plusieurs indicateurs. Le climat des affaires continue de s’améliorer dans tous les secteurs, si bien que les entreprises investissent à nouveau. Un constat observé également dans le reste de l’Europe, ce qui devrait soutenir les exportations françaises. De plus, "les ménages se sont remis à consommer au deuxième trimestre et on anticipe qu’ils continueraient à la faire d’ici la fin de l’année. Pourquoi ? Parce que leur pouvoir d’achat, qui avait fortement baissé en 2012, serait en hausse cette année. La raison est toute simple : l’inflation a beaucoup baissé. Elle est en moyenne de 2% en 2012 et elle serait de 1% en 2013", a détaillé pour Europe 1 Cédric Audenis, chef du département de la conjoncture à l’Insee.

Pierre Moscovici, 930*620

© EUROPE

Pour Moscovici, c’est la preuve que le gouvernement voyait juste. "En moyenne sur l’ensemble de l’année 2013, l’Insee prévoit ainsi +0,2 % de croissance en France, ce qui va au-delà de notre prévision de +0,1 %, qui était délibérément prudente. Si la tendance anticipée par l’Insee se confirme au cours des prochains trimestres, notre prévision de croissance de 0,9 % pour 2014 pourra être dépassée", s’est félicité le ministre de l’Economie. Et pour répondre à ses détracteurs, il pourrait invoquer les prévisions de l'OCDE, qui, elle, table carrément sur 0,3% de croissance en 2013.

Et Pierre Moscovici d’ajouter : "Je note que l'Insee prévoit désormais une stabilisation du chômage en fin d'année. L'objectif d'inversion que certains jugeaient hors d'atteinte il y a peu, semble donc plus que jamais à portée de main."