Crise : les Français voient l'avenir en noir

  • A
  • A
Crise : les Français voient l'avenir en noir
@ MaxPPP
Partagez sur :

EXCLU - Un enquête a sondé les citoyens européens sur leur état d’esprit face à la crise.

Le moral en berne. Ce qui frappe d'abord : les Français sont les plus pessimistes d'Europe. Une enquête réalisée par l’institut de sondage Ipsos, qui sera publié dans Le Monde daté du mardi 7 mai, révèle que les Français jugent leur avenir bouché. 70% d’entre eux craignent que leur enfants vivent moins bien qu’eux. Même les Espagnols et les Italiens, pourtant plus durement frappés par la crise, ont moins peur de l’avenir que les Français.

>> A LIRE AUSSI : Pour Raffarin, le pire est à venir

Le salut par les PME. La crainte des Français face à leur avenir se manifeste par une défiance à l’égard des institutions. Ainsi, le gouvernement, les syndicats ou les grandes entreprises ne sont pas jugés dignes de confiance pour sortir de la crise. Seules les PME trouvent grâce aux yeux des Français :  les petites et moyennes entreprises sont considérées comme les plus crédibles par les Français pour renouer avec la croissance.

>> A LIRE AUSSI : Les Français n'ont plus confiance en Hollande

Un rejet de l’Europe. Autre enseignement de cette enquête, l’attachement au local et le retour sur soi sont de plus en plus présent. De son côté, l’Union européenne subit un rejet de plus en plus fort dans l’Hexagone. Pour preuve, 80% des Français jugent l’Europe incapable de proposer des solutions et 50% la considèrent comme un handicap. Une cote de désamour que l’Europe  n’avait jusqu’à présent jamais atteint en France. Du coup, le protectionnisme atteint en France le plus fort taux d'Europe. 7 Français sur 10 annoncent faire attention au "Made in France" avant d'acheter.

>> A LIRE AUSSI  : Succès pour les cadeaux "Made in France"

Prêts à des sacrifices. Les Français se disent, et c'est une surprise, prêts à faire des sacrifices, comme retarder l'âge de la retraite ou réduire le nombre de jours de congés. La moitié d'entre eux se dit d'accord avec ces propositions si elles peuvent contribuer à sortir le pays de la crise.