Crise du lait: réunion jeudi des représentants des éleveurs et de Lactalis à Paris

  • A
  • A
Crise du lait: réunion jeudi des représentants des éleveurs et de Lactalis à Paris
@ JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Partagez sur :

Producteurs laitiers et représentants de Lactalis vont devoir s'entendre sur le prix du lait pour envisager une sortie de crise.

Des représentants des éleveurs laitiers et du groupe Lactalis se réunissent jeudi à Paris pour tenter de sortir de la crise actuelle avec le blocage depuis quatre jours du siège lavallois du géant laitier, accusé d'acheter le lait aux producteurs à un prix trop faible. La réunion aura lieu en présence du médiateur des relations commerciales agricoles, Francis Amand, à la Maison du Lait, à Paris.

Quel prix pour le lait ? L'objectif principal est d'avancer sur la question du prix d'achat du lait, car selon la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL), le géant mondial Lactalis est l'entreprise qui rémunère le plus mal ses éleveurs, par rapport aux laiteries concurrentes. A 256,90 euros la tonne achetée en juillet, Lactalis se retrouve loin derrière le groupe Laïta et la société Silav (290 euros la tonne) ou encore la laiterie Saint-Père, filiale d'Intermarché, qui rémunère les éleveurs 300 euros les 1.000 litres. "La question-clé pour sortir du conflit, c'est la question du prix", a confirmé mercredi Christiane Lambert, la vice-présidente de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA).

Retrouver la sérénité. Chez les organisations de producteurs, "on veut une visibilité jusqu'à la fin de l'année et un engagement écrit sur une nouvelle méthode de fixation du prix du lait", a renchéri Florent Renaudier, producteur de lait en Mayenne et membre du conseil d'administration de la FNPL, la branche laitière de la FNSEA, qui sera présent à la réunion. Le porte-parole de Lactalis, Michel Nalet a pour sa part appelé au calme, mais n'a pas précisé la position que défendra le groupe lors de cette réunion. "Il faut que, derrière, l'activité puisse reprendre. Ce n'est pas une situation dans laquelle, les uns les autres, on peut continuer à vivre sereinement", a-t-il cependant indiqué.

Un blocus à lever. Le siège de l'usine de Lactalis "est prévu pour durer jusqu'à vendredi. La réunion a lieu jeudi. En fonction de l'issue de la réunion, nous aviserons", a précisé Christiane Lambert. Les résultats de cette réunion seront donc scrutés par les manifestants qui occupent jour et nuit depuis lundi un rond-point situé à proximité de l'usine lavalloise de Lactalis. Ils ne lèveront le blocus que s'ils obtiennent le juste prix pour leur lait. Cependant, cette notion fait l'objet d'une fourchette assez large selon les interlocuteurs.

Discuter sera-t-il suffisant ? De plus, une seule réunion pourrait ne pas venir à bout de tous les différends et n'être qu'une première étape d'un processus plus long. En effet, l'été dernier lors de sa tentative de médiation sur les cours du lait et de la viande bovine et porcine, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll avait dû organiser plusieurs tables rondes avant d'obtenir un accord. Celui sur le lait n'a jamais vraiment été appliqué par les industriels. Un producteur sur cinq en France travaille pour Lactalis soit 20% de la collecte française et 5 milliards de litres de lait collectés sur les 25 milliards de lait produits annuellement en France. Outre ses marques très connues de lait de consommation (Lactel), de fromages ou de beurre (Bridel, Président, Lanquetot, Roquefort Société...), Lactalis est devenu un géant mondial en absorbant de nombreux groupes à l'étranger.