Crédit : les petites entreprises à la peine

  • A
  • A
Crédit : les petites entreprises à la peine
Parmi les entreprises qui ont du mal à trouver des financements, on trouve les entreprises du bâtiment.@ Maxppp
Partagez sur :

INFO E1 - Trois quarts des entreprises qui ont saisi le médiateur du crédit en 2013 avaient moins de dix salariés.

L’INFO. En France, le crédit va mieux... mais pas pour tout le monde. Officiellement, les banques hexagonales ont rouvert les robinets, et effectivement, elles prêtent plus que leurs voisines européennes et notamment allemandes. Ceci dit, elles délaissent les plus petites structures. C’est ce qui ressort du bilan du médiateur du crédit pour 2013 et dont Europe 1 vous révèle les grandes lignes en exclusivité. Bilan : le nombre de saisines du médiateur a augmenté de 8% et les trois quarts des demandeurs sont de Très Petites Entreprises (TPE).

Le "médiateur du crédit", c’est quoi ? Créé en 2008 par Nicolas Sarkozy, c'est une personnalité chargée d’être à l’écoute et à la disposition des entreprises françaises qui auraient des difficultés pour accéder au crédit. L’institution travaille étroitement avec la Banque Publique d’Investissement (BPI), afin de trouver des solutions de financement des PME.

Bloqués par les banques. Le problème, c’est que pour les banques, ces petits acteurs ne représentent pas grand chose. “Quand vous êtes chef d’entreprise à la tête de cinq salariés, vous avez un besoin essentiel que votre banque vous aide. La banque sait très bien que si elle perd un client de cinq salariés, ça ne va pas changer pour elle la face du monde”, déplore Jean-Heude Dumesnil, le secrétaire général de la CGPME.

credit agricole, banque

La situation de déséquilibre joue en la défaveur des petites entreprises. Elles déplorent le temps, souvent long, que les banques mettent pour répondre à leurs demandes. On leur réclame également des taux d’intérêt élevés et des garanties exorbitantes. “On a 38% des entreprises à l’heure actuelle qui nous disent qu’elles ne vont même pas voir leur banquier par peur de voir leurs dossiers retoqués”, s’inquiète le syndicaliste.

Les banques ont peur. Cela dit, si la BNP, la Société générale ou encore le Crédit agricole font aussi attention, c’est que ces banques s’inquiètent du contexte économique. 2013 a été une année record en terme de faillites. Par conséquent, les banques investissent moins facilement et redoublent de vigilance.

Cela se voit donc notamment dans la manière dont elles travaillent avec les petites entreprises. “L’instruction des dossiers est très approfondie, même parfois pour des montants qui ne sont pas très importants", note Jeanne-Marie Prost, la médiatrice du crédit. 

C’est d’ailleurs encore plus vrai pour certains secteurs particulièrement touchés par la crise, comme ceux liés à la consommation. Parmi les entreprises qui ont le plus de mal à accéder au crédit, on trouve les commerçants, mais aussi les petites entreprises du transport, les cafés-restaurants ou encore le bâtiment.

sur le même sujet, sujet,

RAPPORT - Le top 5 des incohérences de la fiscalité incitative française

ZOOM - La Silicon Valley, des vergers à Apple

ENQUÊTE - 60.000 fermetures d'entreprises en 2014 ?