Crash de l’A310 : Yemenia menace Airbus

  • A
  • A
Crash de l’A310 : Yemenia menace Airbus
Partagez sur :

La compagnie aérienne a indiqué qu’elle pourrait "réexaminer" une commande d’A350 en cas de poursuite de "pressions" de la France.

La menace est très claire vis-à-vis de la France et d’Airbus. "Si les pressions continuent sur Yemenia sans qu'on attende les résultats de l'enquête sur le crash (de l’A310 au large des Comores NDLR), nous serions dans l'obligation de réexaminer notre commande", a averti mardi le PDG de la compagnie aérienne du Yémen.

Les menaces de représailles commerciales visent directement le constructeur aéronautique européen Airbus accusé de ne pas donner toutes les informations techniques qui pourraient expliquer le crash. Le contrat qui pourrait être remis en cause par Yemenia porte sur 10 avions de type A350 pour un mondant estimé à près d’1,5 milliard de dollars. Il avait été confirmé en novembre 2007. Les avions devaient être utilisés pour desservir des liaisons internationales. L’A350 est le nouveau modèle long courrier d’Airbus dont les premiers exemplaires doivent être livrés à partir de 2013.

Airbus a répondu à ces menaces en expliquant être contraint de fournir en priorité aux autorités des Etats concernés les éléments nécessaires pour élucider le crash de la Yemenia. "On apporte un soutien à nos clients : Yemenia a d'autres Airbus et bénéficie de notre soutien après-vente", a cependant assuré le porte-parole d'Airbus.

Mais depuis le crash de l’A310 le 30 juin dernier, le ton ne cesse de monter entre Yemenia et la France. La communauté comorienne qui vit dans l’Hexagone a dénoncé à de nombreuses reprises les conditions de sécurité sur les vols vers les Comores. L'A310 de Yemenia n'avait par ailleurs pas été formellement interdit en France mais il n'y était pas revenu depuis un contrôle négatif en 2007. Au cours des derniers jours, les autorités françaises et européennes ont critiqué très directement Yemenia. Le secrétaire d'Etat aux Transports, Dominique Bussereau, avait lui-même parlé "de très nombreux défauts".