Cour des comptes : pas de baisse du tabagisme sans hausse des tarifs

  • A
  • A
Cour des comptes : pas de baisse du tabagisme sans hausse des tarifs
@ JOEL SAGET / AFP
Partagez sur :

La Cour des comptes recommande une hausse d’au moins 10% du prix des cigarettes.

La France fait-elle vraiment tout ce qu’elle peut pour lutter contre le tabagisme ? La Cour des Comptes en doute, à en croire son rapport public annuel publié mercredi. Face à une consommation repartie à la hausse, les Sages de la rue Cambon recommandent plusieurs pistes : un renforcement de la prévention, une meilleure implication des professionnels de santé et, surtout, une hausse massive des prix du tabac.

Une courbe du tabagisme qui ne baisse plus. Si la succession des plans anti-tabac a fait baisser la consommation en France, ses effets s’estompent depuis peu : après quatre années de baisse, les ventes de tabac ont augmenté de 1,6% en 2015. Une tendance d’autant plus inquiétante que la France fume davantage que de nombreux pays comparables.

"La proportion de fumeurs quotidiens dans la population adulte est inférieure à 20 % dans 15 des 34 pays membres de l’OCDE. Là où un Français sur trois fume, c’est le cas d’un Anglais sur cinq. Les taux de fumeurs ont nettement diminué dans la majorité des pays membres de l’OCDE, en moyenne d’un cinquième au cours des dix dernières années, quand ils ont augmenté en France sur la même période", souligne la Cour des comptes.

La France a bien pris de nouvelles mesures… Le gouvernement et les autorités sanitaires ne sont pas inactifs, reconnaît la Cour des comptes. Le programme national de réduction du tabagisme a bien permis un pilotage unifié sous la tutelle du ministère de la Santé, les aides au sevrage se sont généralisées et le paquet neutre devrait devenir la norme en mai 2016. Sauf que ces mesures mettent du temps à porter leurs fruits. Pour la Cour des comptes, "l’action publique ne saurait se priver de faire jouer à plein l’ensemble des instruments dont elle peut disposer pour se mettre en mesure d’atteindre effectivement les objectifs ambitieux de santé publique fixés pour 2019 et 2024".

… mais devra sans doute procéder à une hausse des prix. En clair, le rapport recommande d’actionner tous les leviers possibles, et surtout le plus influent : la fiscalité du tabac, qui permet "d’avoir un effet réellement dissuasif". La Cour des comptes va même plus loin en recommandant d’augmenter les prix d’au moins 10% car c’est le "seuil minimal, estimé nécessaire selon l’ensemble des experts pour pouvoir provoquer une baisse durable des ventes". En clair, le paquet le plus vendu en France devrait à ses yeux passer de 7 à au moins 7,70 euros.

Pour rappel, la fiscalité sur le tabac est inchangée depuis 2014 et ne devrait pas évoluer en 2016 :