Contrôles de Noël : 21,5% des produits présentent des anomalies

  • A
  • A
Contrôles de Noël : 21,5% des produits présentent des anomalies
Un technicien du laboratoire de la DGCCRF effectue un test d'étirement sur une peluche, le 17 décembre 2010.@ GERARD JULIEN / AFP
Partagez sur :

Le taux d'anomalie des produits contrôlés, notamment alimentaires, a augmenté de 1% par rapport à 2014.

La campagne de contrôles effectuée par la DGCCRF sur les produits de Noël a noté un taux d'anomalies de 21,5%, légèrement supérieur à l'an dernier (20,5%), et concernent notamment les produits alimentaires, a annoncé mardi la secrétaire d'État au Commerce, Martine Pinville.

19.000 contrôles effectués. Cette opération menée chaque année par la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) s'étale du 16 novembre au 8 janvier. Selon un bilan à mi-parcours , 19.000 contrôles ont déjà été effectués dans 6.350 établissements. Pour l'instant, 540 injonctions administratives ont été délivrées par les services de la répression des fraudes. Par ailleurs, 430 procès-verbaux, réservés aux manquements plus importants, ont été dressés. Les défauts d'hygiène alimentaire (vérification des températures, dates limite de consommation, etc.) sont particulièrement surveillés. A ce jour, 11.750 contrôles ont déjà été effectués, qui ont donné lieu à 266 procès-verbaux et 420 injonctions administratives, soit un taux d'anomalie de 26%. 

Les jouets au cœur de l'attention.Sur les jouets, les agents de la DGCCRF mènent également une surveillance attentive, notamment sur ceux destinés aux tout-petits. Plusieurs petits trains en bois, vendus sur un marché de Noël de Basse-Normandie, ont été saisis par la répression des fraudes. Par ailleurs, les services de l'État mettent en garde les consommateurs sur la sécurité des planches à roulettes transversales dotées de moteurs électrique type "hoverboard". Les contrôles effectués ont "permis de constater des défauts de conformité majeurs engendrant des risques graves" (risque de départ de feu ou de choc électrique) pour la sécurité des consommateurs sur certains de ces produits, notamment ceux vendus sur internet.