Conférence sociale : ce qu'il faut retenir du discours de Hollande

  • A
  • A
Conférence sociale : ce qu'il faut retenir du discours de Hollande
@ AFP
Partagez sur :

Le chef de l'Etat a donné lundi les grands enjeux de la conférence sociale version 2015. CGT, chômage, Code du travail...Europe1.fr vous résume tout.

A quoi va servir la version 2015 de la Conférence sociale ? Comme chaque année depuis son élection, François Hollande organise un grand raout du dialogue social. Il se tient lundi jusqu'à 18h. Un rendez-vous réunissant syndicats, patronat et gouvernement pour évoquer les dossiers qui relèvent des partenaires sociaux. Réforme du code du travail, réponse au boycott de la CGT, renouvellement du plan de formations prioritaires, extension de la garantie jeune : lors de son allocation d'ouverture, le chef de l'Etat en a donné le ton. Ce qu'il faut retenir de son discours.

Sur l'importance du dialogue social. "Le statu quo n'est plus possible. Et l'alternative, c'est la réforme ou la rupture, la rénovation du modèle social ou sa disparition. (...) Le dialogue social est donc, non pas une formalité, non pas une obligation, mais une condition du progrès", a insisté le chef de l'Etat, alors que le dialogue social et ses "lenteurs" subissent de plein fouet les attaques de l'opposition. "Je crois au dialogue social et je n'accepterai jamais, que des violences inexcusables, qui ont été commises à Air France, puissent être l'occasion de s'en prendre au syndicalisme dans son ensemble", a par ailleurs renchérit François Hollande.

Sur l'absence de la CGT à la conférence. "Il est commode, pour d'autres, de ne jamais s'engager à signer le moindre accord, en espérant d'ailleurs que d'autres le feront à leur place, tout en dénonçant dans le même mouvement les insuffisances du dialogue social", a taclé le président de la République, alors que la CGT boycotte la rencontre.

Compte personnel d'activité : une loi début 2016. La ministre du travail, Myriam El Khomri, "présentera à la fin du mois aux partenaires sociaux un document d'orientation" afin "qu'un accord ou une position commune puisse intervenir mi-décembre" sur le compte personnel d'activité, a promis François Hollande. Ce dernier doit suivre le salarié toute sa vie et regrouper la longue liste des droits individuels acquis dès le début de sa carrière (droits à la formation, points du compte pénibilité, épargne-temps...). "L'objectif, c'est que le projet de loi puisse être soumis au Parlement dès le début de l'année prochaine", insiste le chef de l'Etat.

150.000 formations pour les chômeurs. François Hollande a annoncé lundi, en ouvrant la 4e conférence sociale de son quinquennat, le renouvellement en 2016 d'un plan de formations prioritaires à destination de 150.000 chômeurs. "Je souhaite le renouvellement pour 2016 du plan relatif aux formations prioritaires" qui "sera porté l'an prochain à 150.000 et encore davantage tourné vers les chômeurs de longue durée, vers les seniors et vers les jeunes", a-t-il déclaré, glissant également un mot pour les jeunes sans qualifications : "je souhaite notamment que le compte personnel de formation - qui deviendra donc le compte personnel d'activité - de ces jeunes, soit crédité d'un nombre d'heures suffisant pour atteindre un premier niveau de qualification".

Sur la réforme du Code du travail. "Il ne s'agit évidemment pas de toucher au principe du Code du travail, à la durée légale du travail, au Smic, au contrat de travail. (...) L'objectif, ce n'est pas d'inverser la hiérarchie des normes, c'est de faire le pari de la confiance", a déclaré François Hollande, sans donner plus de précisions. "Notre législation du travail est devenue, avec le temps, illisible (...) Il y aura donc une clarification du code du travail, elle sera lancée sans tarder et le Premier ministre en précisera la méthode et le calendrier", a-t-il ajouté.